Poème 'L’oiseau charmeur' de Claudel

Accueil > Les membres > Page de poésie de Claudel > L’oiseau charmeur

L’oiseau charmeur

Claudel

Une nuit d’été dans un épais brouillard,
J’avançais gaiement avec mon canoë ;
La lune invisible et le chant du huart
M’accompagnaient sur ce lac effarouché.

J’arrivai près de l’oiseau et vis sa tête
Se tourner vers moi avec ses yeux de brume ;
Une ode vibrait dans la nue frémissante.

Mon cœur solitaire ou ma voix de brouillard
Lui chanta la complainte du canoë
Qui sombra au chant envoûtant d’un huart :
? Rame à flot, petit rafiot effarouché ?

Le chant de l’oiseau prit place dans ma tête
Inhibant ma triste chanson dans la brume.
Mon canot chavira dans l’eau frémissante.

Tous droits réservés © Claude Lachapelle / Janvier 2019

Poème préféré des membres

Aucun membre n'a ajouté ce poème parmi ses favoris.

Commentaires

Aucun commentaire

Rédiger un commentaire

© 2019 Un Jour Un Poème - Tous droits réservés
UnJourUnPoeme sur Facebook UnJourUnPoeme sur Twitter RSS