Un Jour Un Poème : chaque jour un nouveau poème et toutes les oeuvres des plus grands poètes

Le poème du jour ...

Me dois-je taire encore, Amour, quelle apparence?
Jamais esprit ne fut forcé comme le mien:
Il faut ou dénouer ou rompre ce lien,
Et d’un dernier effort tenter ma délivrance.

Trop de discrétion nuit à mon espérance;
Enfin je veux savoir ou mon mal ou mon bien,
Et quitter ce respect qui ne sert plus de rien
Que d’un sot exercice à ma persévérance.

Mon amour ne veut plus servir si lâchement,
Elle ôtera bientôt ce faible empêchement,
Rien plus ne me saurait obliger à me taire.

Philis se rit d’un mal qu’elle me voit celer,
Et me juge un enfant qui ne saurait rien faire,
Puisque comme un enfant je ne saurais parler.

Théophile de VIAU

Portait de Théophile de VIAU

Théophile de Viau, né entre mars et mai 1590 à Clairac et mort le 25 septembre 1626 à Paris, est un poète et dramaturge français. Poète le plus lu au XVIIe siècle, il sera oublié suite aux critiques des Classiques, avant d’être redécouvert par Théophile Gautier. Depuis le XXe siècle, Théophile de Viau est défini comme un auteur baroque et libertin.
Bien qu’un moment protégé du roi Louis XIII, il a vécu en exil et a été emprisonné : on lui reprochait, sur la base de poèmes obscènes qu’il avait écrits pour le « Parnasse... [Lire la suite et accéder à l'ensemble de ses oeuvres poétiques]

© 2015 Un Jour Un Poème - Tous droits réservés
UnJourUnPoeme sur Facebook UnJourUnPoeme sur Twitter RSS
Nos partenaires : Le Mot pour la frime | Poetiz | Permis moto