Poème 'Il est mort comme un chien' de K-ro

Accueil > Les membres > Page de poésie de K-ro > Il est mort comme un chien

Il est mort comme un chien

K-ro

C’était un jour tout à fait banal
Tout paraissait en place, normal
Je me suis pris un coup de bambou
J’ai même pas pu rester debout

Ya d’ces moments dans ta mémoire
Qui ne laissent rien au hasard
Tu te rappelles de chaque détail
Tout est très clair, sans flou, sans faille

J’étais le long de ce muret
Au bord de l’Adour, à pied
J’avais passé toute la journée
A quatre pattes, à cirer le plancher
C’était un jour-bonheur
Des projets plein la tête et le cœur
On refaisait un appartement
Moi, et mon prince charmant

Mais tout à coup cette vérité
Il faisait doux, un air léger
Un soleil calme, ah ça… il s’en foutait
De ce qu’on allait m’annoncer
Le printemps et ses odeurs
Je revois les promeneurs
Mon téléphone a sonné
J’ai décroché
L’horreur. La honte. La nausée.
La tristesse. Le remords. Les regrets.
Les oiseaux jouent autour de moi
Dans un mal profond je me noie

Il est mort, c’est déjà moche
Mais le pire, c’est le reste
ll est mort sans un proche
D’une manière bien funeste
Il est mort seul dans sa cuisine
J’ai des images, je l’imagine
Plier les genoux, s’agripper
Pendant que son cœur lâchait
Il est mort recroquevillé
Mais le pire, c’est après
Trois jours ainsi, il est resté
Avant qu’on commence à s’inquiéter
Il est mort et s’est raidi
Dans sa cuisine, il s’est refroidi
A peut-être même un peu pourri

A-t-il au moins gémi ?
A-t-il pleuré, ou bien crié ?
A-t-il souffert, a-t-il lutté ?
La mort l’a-t-elle vite fauché
Ou l’a-t-elle fait agoniser ?

Il est mort et il nous reste ces questions
Pour alimenter notre culpabilité
Ces questions qui tournent en rond
Et reviennent souvent me hanter
Et ce message sur mon répondeur
Que j’avais effacé avec humeur
« Il me fatigue », je me disais
Ben ma fatigue, maintenant, j’ai du mal à la faire passer

Ce sont ses copains alcooliques
Qui se sont inquiétés
Dans un moment de panique
La police, ils ont appelé
C’est la Police qui est entrée
Qui l’a ramassé
On l’a brûlé
On l’a dispersé

On ne dispersera jamais mon chagrin
Il est mort comme un chien
Et je n’y suis pas pour rien
J’aurais pu changer ce destin

Je ne l’ai pas fait
J’avais renoncé
J’ai merdé

Il est mort comme un chien
Et je n’y suis pas pour rien

Poème préféré des membres

guillaumePrevel a ajouté ce poème parmi ses favoris.

Commentaires

Rédiger un commentaire

K-ro

Image de K-ro

Nom : Pasquini

Prénom : Caroline

Naissance : 09/04/1984

Présentation : non renseigné

Accéder à sa page de poésie

© 2019 Un Jour Un Poème - Tous droits réservés
UnJourUnPoeme sur Facebook UnJourUnPoeme sur Twitter RSS