Poème 'Le vieux clown' de krol

Le vieux clown

krol

L’humilité retient
Ses longs plis de satin
Où le poids des années
Couvre l’éternité.
Il aspire au sourire
Les plaintes du soupir
La crainte disparaît
Sur ses rides gercées.
Sa larme rouge voile
Ses yeux buveurs d’étoiles
Son « je » nous dit la vie
Le rêve s’accomplit.
Sa main gratte le ciel
Le gris s’offre au soleil
Sa prunelle se perd
Aux affres prisonnières.
Habite son refuge
Que tous ces poltrons jugent
Happe ce grain de sable
Sur la piste immuable.
Vois ce masque d’argile
L’artifice fragile
Qui maquille le temps
De son regard d’enfant.
Jongle aux sombres grimaces
Où sanglote la grâce
L’innocence saisit
Le souffle de ses nuits.
Tire la révérence
Au poète qui danse
Derrière le rideau
Nos coeurs scellent ses mots !

Poème préféré des membres

IVA a ajouté ce poème parmi ses favoris.

Commentaires

Rédiger un commentaire

krol

Image de krol

Nom : non renseigné

Prénom : non renseigné

Naissance : non renseigné

Présentation : non renseigné

Accéder à sa page de poésie

© 2020 Un Jour Un Poème - Tous droits réservés
UnJourUnPoeme sur Facebook UnJourUnPoeme sur Twitter RSS