Poème 'L’effraction' de 111112

L’effraction

111112

Depuis que tu es ossature
inclinée dans le pli de mes draps
mouvance abrupte
variante défendue
des fractions de lumière
dérobée à l’énigme
à l’écart décisif
de l’ébriété diurne.
J’ai puisé ton image
envoûté les divins
pour t’aimer d’abondance
projeté mes désirs
sur l’écran maculé
de violence et d’absence.

Depuis que tu es aile
déformée dans les pans écroulés
éperon surplombant
mon intime sclérosé
jusqu’à l’ellipse
du trompe-l’œil
de ton mensonge
flouté indiscret.
Le désarroi transperce
encore le déformé
de mes transports
écartelés aux deux temps
passé violacé
avenir bleuté écorché.

Depuis que tu es terminaison
innervée incurvée à l’entrelacs
de mes nuits uniformes
face à l’ultime défit
du corsage délacé
de ton sexe appauvri
de ta langue déliée
éloignés de mon corps.
Dis-moi le secret
du sévice cumulé
qui me dissout toujours
inquisiteur caressant
les reliefs diaphanes
de mon être assiégé.

Poème préféré des membres

MaxLouis, SahrlObscur et PhulanKile ont ajouté ce poème parmi leurs favoris.

Commentaires

  1. Au cœur déplié aux mots,
    L'encre sanguine flash
    Le lecteur à l'ombre,
    Les yeux équarris !

  2. Les mots me manquent, tellement que ça chamboule et remue à l'intérieur. <3

Rédiger un commentaire

111112

Image de 111112

Nom : Guidal

Prénom : Virginie

Naissance : 07/06/1980

Présentation : non renseigné

Accéder à sa page de poésie

© 2019 Un Jour Un Poème - Tous droits réservés
UnJourUnPoeme sur Facebook UnJourUnPoeme sur Twitter RSS