Poème 'Papa' de alphandour

Papa

alphandour

Ce n’est pas ta mort qui rend si malheureux
Souvent et toujours on rit ici et on pleure là

Non Papa
Ce n’est pas ta mort qui me rend si pétrifiant
On est dans une terre où on s’aime et où on se hait

Papa
C’est le fait de plus te regarder dessiner à travers les murs de la façade de ton atelier
C’est de plus sentir ton odeur à travers les tableaux d’arts que tu mettais en œuvre

Papa
C’est de plus pouvoir de dérober l’éclatante couleur d’or dont ton image reflétée
L’indignation qui s’élève dans mon cœur c’est de ne plus te voir courber sur tes tableaux
Papa
C’est de ne plus entendre ta belle voix comme j’entends les oiseaux dans les arbres chantent leurs joie de vivre.

Papa
Pour rien pour le plaisir
Pour rien pour la joie
Je pourrai t’oublier.

Poème préféré des membres

Aucun membre n'a ajouté ce poème parmi ses favoris.

Commentaires

Aucun commentaire

Rédiger un commentaire

© 2019 Un Jour Un Poème - Tous droits réservés
UnJourUnPoeme sur Facebook UnJourUnPoeme sur Twitter RSS