Poème 'A un poëte aveugle' de Victor HUGO dans 'Les Contemplations'

A un poëte aveugle

Victor HUGO
Recueil : "Les Contemplations"

Merci, poëte! — au seuil de mes lares pieux,
Comme un hôte divin, tu viens et te dévoiles;
Et l’auréole d’or de tes vers radieux
Brille autour de mon nom comme un cercle d’étoiles.

Chante! Milton chantait; chante! Homère a chanté.
Le poëte des sens perce la triste brume;
L’aveugle voit dans l’ombre un monde de clarté.
Quand l’oeil du corps s’éteint, l’oeil de l’esprit s’allume.

Paris, mai 1842.

Poème préféré des membres

Aucun membre n'a ajouté ce poème parmi ses favoris.

Commentaires

  1. Les hommes ne sont point de leurs malheurs captifs.
    Nous savons qu'un aveugle, en sa grise misère,
    Peut sentir que sa peau est baignée de lumière ;
    Ses yeux ne la voient pas, ils ne sont pas fautifs.

  2. a un poète aveugle de victor hugo redigr n deux sous thèmes

  3. a un poète aveugle

  4. y a pas mieux que Victor Hugo!!

Rédiger un commentaire

© 2018 Un Jour Un Poème - Tous droits réservés
UnJourUnPoeme sur Facebook UnJourUnPoeme sur Twitter RSS