Poème 'Il lui disait: -Vois-tu, si tous deux nous pouvions' de Victor HUGO dans 'Les Contemplations'

Accueil > Les poètes > Poèmes et biographie de Victor HUGO > Il lui disait: -Vois-tu, si tous deux nous pouvions

Il lui disait: -Vois-tu, si tous deux nous pouvions

Victor HUGO
Recueil : "Les Contemplations"

Il lui disait : « Vois-tu, si tous deux nous pouvions,
L’âme pleine de foi, le cœur plein de rayons,
Ivres de douce extase et de mélancolie,
Rompre les mille nœuds dont la ville nous lie ;
Si nous pouvions quitter ce Paris triste et fou,
Nous fuirions ; nous irions quelque part, n’importe où,
Chercher loin des vains bruits, loin des haines jalouses,
Un coin où nous aurions des arbres, des pelouses,
Une maison petite avec des fleurs, un peu
De solitude, un peu de silence, un ciel bleu,
La chanson d’un oiseau qui sur le toit se pose,
De l’ombre ; — et quel besoin avons-nous d’autre chose ? »


Juillet 18…

Poème préféré des membres

JuCharline83 a ajouté ce poème parmi ses favoris.

Commentaires

  1. Il manque tous les guillemets :ex
    Il lui disait:"Vois-tu...
    et des guillemets au début de CHAQUE vers, et à la fin :d'autre chose ?"

  2. Les guillemets (ouvrants ou fermants) en début de chaque vers à l'intérieur d'une citation sont une convention typographique ancienne. De nos jours on en met seulement en commencement de strophe.

Rédiger un commentaire

© 2018 Un Jour Un Poème - Tous droits réservés
UnJourUnPoeme sur Facebook UnJourUnPoeme sur Twitter RSS