Poème 'Le jeu' de Esther GRANEK dans 'Synthèses'

Le jeu

Esther GRANEK
Recueil : "Synthèses"

Seize sont blancs. Seize sont noirs.
Alignement d’un face-à-face.
Selon son rang, chacun se place.
En symétrie, de part en part.
Les plus petits sur le devant.
Seize sont noirs. Seize sont blancs.
Huit fois huit cases. Un jeu démarre.

Joutes, et coups bas, et corps à corps,
et durs combats. Ultime effort
pour asséner à ceux d’en face :
“Échec et mat ! le roi est mort !”

Complimenté est le gagnant.

Mais la revanche est dans le sang.
Déjà tout se remet en place.
Et du combat ne reste trace.
Tout aussitôt le jeu reprend.

Seize sont noirs. Seize sont blancs…

N’ayant soixante-quatre cases
ni trente-deux participants,
mais autres nombres et autres temps,
la vie, pourtant, a mêmes bases.

2009

Poème préféré des membres

ATOS a ajouté ce poème parmi ses favoris.

Commentaires

  1. Courte partie d'échecs
    --------------------

    E2-E4 est blanc, E7-E5 est noir ;
    Cela vient de deux pions se tenant face à face.
    À ce stade, on dirait des patineurs sur glace,
    Ça glisse en coup de vent, sans trébucher ni choir.

    En milieu de partie, observe les tensions
    Qui, généralement, président aux échanges :
    Le premier dont les plans d'attaque se mélangent
    Va payer assez cher un peu d'inattention.

    On en vient à la fin, règne alors la rigueur :
    Le perdant peut choisir, ou bien de se soumettre,
    Ou de voir son espoir peu à peu disparaître :
    De plus rien ne lui sert sa première vigueur.

  2. Divertissements des courtisans
    ----------

    Des jeux étranges sont à la Cour en usage,
    Qui sont contre l’ennui le principal recours ;
    Le temps ne se perd point en amoureux discours,
    Le désir ne saurait empourprer les visages.

    Ce sont des jeux d’adresse ou des jeux de langage,
    Sa Majesté le Roi ne gagne pas toujours ;
    Quand un noble étranger chez nous est en séjour,
    À faire une partie les marquises l’engagent.

    Personne ne s’amuse à faire des sonnets,
    Tout au plus, on redit tous ceux que l’on connaît,
    Ce sont des mots d’amour ou de plaisanterie.

    Ces divers passe-temps ne sont point onéreux,
    Sauf lorsque l’on rencontre un sort peu généreux ;
    Un grand seigneur parfois vend son argenterie.

Rédiger un commentaire

Esther GRANEK

Portait de Esther GRANEK

Esther Granek est une poétesse belge de langue française. Auteur-compositeur de chansons, poèmes, ballades, textes d’humeur et d’humour, elle a publié plusieurs recueils. Née à Bruxelles le 7 avril 1927, elle est autodidacte du fait des lois antijuives durant l’Occupation. Elle habite en Israël depuis 1956. Elle a... [Lire la suite]

© 2021 Un Jour Un Poème - Tous droits réservés
UnJourUnPoeme sur Facebook UnJourUnPoeme sur Twitter RSS