Poème 'À cinq heures' de Robert DESNOS dans 'État de veille'

À cinq heures

Robert DESNOS
Recueil : "État de veille"

À cinq heures du matin dans une rue neuve et vide j’entends le bruit d’une voiture qui s’éloigne.
Un avertisseur d’incendie a sa glace brisée et les débris de verre resplendissent dans le ruisseau.

Sur le pavé il y a une flaque de sang et un peu de fumée se dissout dans l’air.
Ohé ! Ohé ! racontez-moi ce qui s’est passé.
Éveillez-vous ! Je veux savoir ce qui s’est passé.
Racontez-moi les aventures des hommes.

1936

Poème préféré des membres

Dony52 a ajouté ce poème parmi ses favoris.

Commentaires

Aucun commentaire

Rédiger un commentaire

© 2018 Un Jour Un Poème - Tous droits réservés
UnJourUnPoeme sur Facebook UnJourUnPoeme sur Twitter RSS