Poème 'Les Retrouvés' de legion

Les Retrouvés

legion

Souvent, au soir d’été, je reste sans sommeil
De l’ombre sur le cœur rejoindre la caserne
Où la flamme du monde pose sur Saverne
Le rouge de vos yeux au coucher du soleil.

Je n’ai de l’horizon et son regard vermeil
Que l’instant d’un baiser où le parfum gouverne
Mille pétales d’or dessinant votre cerne
Noir d’amour au profond de l’azur sans pareil.

Mourantes de veiller sur le champ de l’enfance,
Vos suprêmes visions, ployées sous l’offense,
Se fondent mollement aux confins des sentiers

Quand, la joue toute humide et les paupières closes,
Aux chagrins de la nuit vos voiles tout entiers
Mêlent une larme à la senteur de mes roses.

Poème préféré des membres

Aucun membre n'a ajouté ce poème parmi ses favoris.

Commentaires

Aucun commentaire

Rédiger un commentaire

legion

Image de legion

Nom : non renseigné

Prénom : non renseigné

Naissance : 16/01/2002

Présentation : non renseigné

Accéder à sa page de poésie

© 2019 Un Jour Un Poème - Tous droits réservés
UnJourUnPoeme sur Facebook UnJourUnPoeme sur Twitter RSS