Poème 'Matin d’estive' de VVAL

Matin d’estive

VVAL

Au petit matin de l’estive,
La douleur des larmes n’est presque plus perceptible.
Seul reste le plaisir du temps qui passe,
Sans autre raisons que d’en profiter
Et d’admirer la quiétude de la nature
Qui lentement prend le chemin
D’un automne flamboyant de couleurs,
D’une paisible harmonie et de douceur.

Poème préféré des membres

Aucun membre n'a ajouté ce poème parmi ses favoris.

Commentaires

Aucun commentaire

Rédiger un commentaire

© 2021 Un Jour Un Poème - Tous droits réservés
UnJourUnPoeme sur Facebook UnJourUnPoeme sur Twitter RSS