Poème 'Sayonara (2)' de DUTAILLY

Sayonara (2)

DUTAILLY

A petits pas elle a gravi les escaliers
menant au jardin de sérénité ;
elle regarde la jonque s’éloigner…

Le vent se lève lui donnant des ailes ;
Kiogô la devine, là-haut, sous son ombrelle,
si menue et si fière, si précieuse et si belle !…

Sous les paupières à demi-baissées,
au coin de ses yeux noirs et bridés,
perlent deux larmes doucement irisées…

Les cerisiers perdent déjà leurs fleurs,
voici venir d’amères et longues heures ;
l’automne seul leur rendra le bonheur.

Atsumi agite son petit bras,
ses lèvres murmurent «Sayonara»,
puis un sanglot, il n’est déjà plus là…

Il devait rentrer avant les typhons,
rapporter une bonne cargaison,
et des trésors pour leur futur garçon…

Il ne connaîtra pas son père
mais il en a les yeux gris-fer
et déjà rêve de partir en mer !

Catherine DUTAILLY
COPYRIGHTDEPOT.COM

Poème préféré des membres

Aucun membre n'a ajouté ce poème parmi ses favoris.

Commentaires

Aucun commentaire

Rédiger un commentaire

© 2019 Un Jour Un Poème - Tous droits réservés
UnJourUnPoeme sur Facebook UnJourUnPoeme sur Twitter RSS