Poème 'Une inconnue' de Paysan

Une inconnue

Paysan

Au détour d’une rue, bien sombre et sans vie,
Sans me laisser la possibilité d’une quelconque retraite,
Je percutai le souci de mes prochaines insomnies,
Une parfaite inconnue, parfaite, tellement parfaite.
Je sentis en mon for intérieur jaillir une étincelle,
Je me retins de lui dire « Que vous êtes belle ! »

Ses longs cheveux blonds avaient ceci de charmant
Qu’ils semblassent capter toute la lumière du lieu
Ils vivaient et dansaient avec les ombres et le vent
On eût dit que toute sa chevelure fût en feu.
La scène me sembla alors tellement irréelle,
Je feignis de lui dire « Que vous êtes belle ! ».

Ses yeux verts cernés de noir, que je fixasse alors,
M’entraînèrent dans un dissonant concert de cœur,
Je craignis un instant qu’elle l’entendît taper trop fort,
Je tombai dans son regard sans en voir la profondeur.
Et avant que ne chancelât mon âme dans ses prunelles,
Je crus lui murmurer « Que vous êtes belle ! ».

Je revenais tout doucement à la réalité,
Essayant de lire sur ses lèvres si gracieuses,
Mais leurs suaves mouvements encore m’hypnotisaient,
Je rêvais d’un contact d’une douceur merveilleuse,
Elle me parlait, je priai que ce moment fût éternel,
Je lui dis alors « Que vous êtes belle ! »

Sa main fine et délicate, me sembla douce et chaude,
Quand elle atterrît sur mon visage niais et attendri,
La baffe claqua dans l’air, je ne sentis qu’une chiquenaude,
Mais ce fut suffisant pour me réveiller de ma léthargie.
Elle ramassait ses courses qui jonchaient la ruelle,
Moi, je la trouvais juste très belle.

Poème préféré des membres

Aucun membre n'a ajouté ce poème parmi ses favoris.

Commentaires

Aucun commentaire

Rédiger un commentaire

Paysan

Image de Paysan

Nom : Rouchès

Prénom : Bastien

Naissance : 26/04/1983

Présentation : non renseigné

Accéder à sa page de poésie

© 2020 Un Jour Un Poème - Tous droits réservés
UnJourUnPoeme sur Facebook UnJourUnPoeme sur Twitter RSS