Un gendarme suspendu pour un poème, dans 'Actualités et anecdotes du monde du poème'

Accueil > Les articles > Un gendarme suspendu pour un poème

Un gendarme suspendu pour un poème

10/04/2010

Un adjudant de la gendarmerie a été suspendu cette semaine de ses fonctions après avoir publié sur un forum un poème dans lequel il critique la gestion de Nicolas Sarkozy et rend hommage à Jean-Hugues Matelly, l’officier radié il y a quelques semaines pour avoir critiqué le rapprochement entre la police et la gendarmerie.

La direction de la gendarmerie nationale a ouvert une enquête pour entorse au devoir de réserve. L’adjudant auteur de ce texte a été suspendu de ses fonctions, en attendant qu’une décision soit prise.

Le poème en question a été publié sur le forum de l’association « Gendarmes et citoyens ». Intitulé « Il pleut sous nos képis », il est dédié à Jean-Hughes Matelly, cet ancien chef d’escadron de la gendarmerie qui avait ouvertement pris position contre le rapprochement de la police et de la gendarmerie au sein du ministère de l’intérieur. Ce dernier avait été radié il y a dix jours par décret du président de la République, pour « manquement grave » à son devoir de réserve.

Voici le poème en question.

IL PLEUT SOUS NOS KÉPIS !

Il faisait beau alors, le jour où j’ai signé !
Je me souviens comme j’étais fier de m’engager,
D’être formé à ce métier par mes aînés…

Du bon droit je voulais être le soldat,
Dans le respect des traditions et des hommes.
Du citoyen, à tout faire je serai l’homme !

De ma personne alors, j’ai donné sans compter.
Ma famille dans cette voie s’est trouvée liée.
Mes devoirs étaient les siens sans qu’elle ait signé…

Nos Gradés, nos Officiers étaient nos modèles.
Ils savaient nous motiver et nous ordonner.
Alors nous étions soudés, unis et fidèles…

Nous savions des sacrifices la juste raison,
Et étions tous reconnus “Servants de la Nation !”
De la France, la plus noble et vieille Institution.

Un nouveau Roy fût nommé, et tout a changé.
Diviser pour mieux régner, tel était son but !
Il y parvint bien, précipitant la chute !

Pour ce faire, il choisit bien parmi les nôtres,
Ceux d’entre eux les plus vénaux, les moins fidèles,
Leur fit tant miroiter, qu’il furent ses “apôtres”.

Ces vendus et parjures aujourd’hui, ont ourdi
D’enterrer sans coup férir notre belle histoire…
De nous taire ils nous ordonnent, arguant : “Tout est dit !”

L’un des nôtres osa parler sans démériter,
Se faisant ainsi le râle de notre douleur…
Il fût vite éliminé par ces fossoyeurs !

Aujourd’hui, Sainte Geneviève saigne et pleure,
Je sens bien ses larmes chaudes sous mon képi,
Comme si sur moi SARKOZY faisait son pipi…

Soldats nous sommes, et c’est debout que nous mourrons.
Et à l’instar de CAMBRONNE, “MERDE” nous dirons.
Nous briserons nos armes, mais nous taire “Pas question !”

Nous ne sommes que des hommes, soldats mais citoyens,
Et nos voix dans l’urne pèsent bien pour un scrutin…
Qu’on les entende ensuite, d’étonnant n’a rien.

Nous taire il ne faut point, surtout si c’est la fin !
Au pays des Droits de l’Homme, on dénie les miens.
Fidèle, loyal je suis, muet je ne suis point.

Même si tout est fini, que prévue est la fin,
Nous n’irons au sépulcre qu’après avoir tout dit.
Geneviève, Chère Patronne, Il pleut sous nos képis !

Adjudant A.

Dédié au Chef d’Escadron Jean-Hugues MATELLY

Commentaires

  1. Bravo gendarme, bravo !

    J'ignore ce que l'intéressé mijote pour votre institution mais comprends votre inquiétude. et ne suis pas surpris. Connaissez-vous, du reste, une seule institution, aussi utile soit-elle, qui ne se trouve pas aujourd'hui, menacée ?

  2. Bonjour gendarme

    Excusez moi avec des années de retards je trouve ce poème admirable mais perdre son emploi à cause de ça c'est une tragédie mais il faut continuer courage et bravo et bonne journée byzous

Rédiger un commentaire

© 2017 Un Jour Un Poème - Tous droits réservés
UnJourUnPoeme sur Facebook UnJourUnPoeme sur Twitter RSS
Nos partenaires : Le Mot pour la frime | Poetiz | Permis moto