Retrouvez l'auteur de ce poème

Accueil > Jeu du poème anonyme

Jeu du poème anonyme

Le poème dont l'auteur est à identifier ...

L’ombre, avant l’heure, se glisse
Sous les solives saures et basses,
Sur l’établi large et lisse,
Sur les mains qui s’y posent lasses ;
Il semble que le jour finisse.
Alors qu’au dehors
D’autres vont partir pour la chasse…

Comme l’Alvitte dort!
Que ne s’éveille-t-elle ?
Pourquoi dort-elle encor ?
Sans doute, elle se disait très lasse ;
Wieland écoute son sommeil…

Il écoute : le vent passe ; il écoute
Le vent passe et pleure et se plaint
Comme un cor
Qui sanglote et s’éteint
Tout au loin,
Ou si près!
Une flèche qui siffle à l’oreille…

L’Alvitte sommeille :
Par delà le rideau de la couche,
Il guette un son léger ;
N’est-ce le souffle de sa bouche
Harmonieux, égal et parfumé ?
Il écoute, il doute…

Soudain!
Éclate la voix de Slafîde au dehors,
Mêlée en un cri au vent du Nord :

« Wieland es-tu là ? »
« – Que t’importe? laisse et passe! »
Pense Wieland, en un souffle, énervé;
Car ses frères qu’il évite
Sont jaloux de l’Alvitte
Et se rient de son oeuvre rêvé.

Mais Égile crie plus fort :
« Que te disais-je, Wieland ?
Elles nous quittent !
Elles se sont envolées ;
La saison nous les devait voler :
Le vent les apporta et le vent les emporte!
Il fait froid. »

Et il frappe à la porte :
« Vas-tu laisser ta lime ? N’est-elle encore usée ?
Et rallumer ta forge devant l’enclume claire ?
Nous nous y chauffions, tous trois, comme des rois,
L’autre hiver ;
Ouvre, Wieland, aux frères! »
« – Passe au large! » souffle-t-il à voix basse.
« – Il est fou !»

Mais Wieland en est pâle :
Leur chanson aux mots lourds
Sonne au seuil comme un deuil :
« C’est fini la saison des amours ! »
D’un grand geste fébrile
IL écarte le rideau de feutre…
L’Alvitte n’est pas là !… que sait-il ?
Il écoute :
« Viens, Wieland, chante encore avec nous
Le vieux refrain d’automne ;
Tu l’as chanté l’antan ; es-tu sourd ?
C’est fini la saison des amours… »
Wieland serre sur son coeur le manteau de sa peine;
11 est lourd!
« Wieland ! on entend ton haleine;
Vas-tu parler enfin ? réponds-nous
Es-tu fou ? »
« – Il est mort! »
Mais Wieland, de voix forte :
« Passe au large! elle dort »
Il est pâle comme un mort,
Son âme est comme une morte…

« Bien du bonheur tous deux!
Car l’Oline est partie sans adieux,
Et Lodrune est partie sans rien dire ;
Nous n’aurions rien trouvé de mieux ;
Elles auraient pu faire pire ;
Nous nous sentons si légers, tous deux ;
Il semble qu’elles nous aient laissé
Leurs ailes !»
Il riait.
« Vas-tu laisser ta belle ?
Viens chanter avec nous :
C’est fini la saison des baisers…
Il va neiger, Wieland,
On se sent si léger. »

« – En chasse! » crie Slafide. « Il est fou!
Laissons-les. »
« – Au moins, forge-nous de l’acier;

Laisse l’or, prends du fer :
C’est fini la saison de ne rien faire!… »

Et leur voix s’envola dans le vent
Qui s’en vient des glaciers.

Parmi ces 4 propositions, quel grand poète est l'auteur de ces vers ?
 
 
 
 

Commentaires

  1. combien y'a t-il de pages de la poésie le pauvre pion.

  2. Bonjour Léa. Je suppose que vous parlez du Pauvre Pion de Francis Jammes. Il est sûrement repris sur de très nombreux sites, en effet.

  3. je vous invite à la soirée "les poètes des Printemps" le 8 avril au Kibélé, 12 rue de l'Echiquier(10e Paris): c'est à 19h30; soirée interactive: rens. anne.quercy@gmail.com

  4. Bonsoir Alexandre, hier soir je vous ai envoyé 3 poèmes par courrier gmail, j'espère que vous le avez recu, je vien d'entrer enfin sur cette page. bravo elle est très bien faite. Merci beaucoup poour les paroles de la romance de maître Patelain. Cordialement. Maria Dolores
    dolores.martincid82@gmail.com

  5. Plus je navigue sur votre page UnJourUnPoème, plus je la trouve interessante et plus je l'aime et le plus curieux c' est qu' à force de lire tous ces poèmes, il me prend une envie folle d' en écrire beaucoup d' autres. Au fait sur ma page de poésie je viens d' écrire Qu' est-ce l' amitié, poème que je vous ai envoyé par courrier @gmail.com.
    Cordialement Maria Dolores.

  6. web4all.fr ça déconne quand même pas mal ! online.fr a l'air mieux

  7. Web4All est une association. J'aime beaucoup leur philosophie, et même s'il y a régulièrement des problèmes, je préfère continuer avec eux.

  8. ah d'accord je comprends !

  9. j'aime beaucoup ce poème jais vraiment aimer je m'appelle fatou jais 10ans
    je suis en cm1 jais vraiment aimer se poème merci de m'avoir écouter

  10. j'aime beaucoup ce poème jais vraiment aimer je m'appelle sarah jais 9ans
    je suis en cm1 jais vraiment aimer se poème merci de m'avoir écouter

  11. chaque jour je commence ma journée par lire votre poème du jour.J'aime....

  12. c est vrai que ses bien je m appelle janna j ai 8 ans bientot 9ans c est vrai quand on lis sa nous fait progresser

  13. Bonjour, j'aime bocou votre page je men sert pour reviser mes poeme que je doit aprendre pour les cours...

  14. 999 "And certainly it was not much personal towards their staff," Love claimed. Dove is simply not into trend.
    imitation replica louis vuitton wallets
    [url=http://www.lhsclassof84.com/replicalouisvuittonwallets.htm]imitation replica louis vuitton wallets[/url]

  15. svp aidez moi a rempli ma page. je me presente, ecris des poemes. mais rien ne se fait. je vous en supplie aidez moi. merci a ceux qui reagisseront.

  16. j'ai adoré ce poeme de hugo;c'était hyper génial

  17. mama mia

  18. Fatal error

  19. salut ! je suis très content , mais à qui peux envoiyer mes pœmes

  20. Je tiens compte à tout cela,j'aimerai vous solicité à me soutenir en contrubuant à mon oeuvre pour acceder dans ce domaine poétique Julchrist-Maliono +242-064792941/055109134

  21. QUE PENSEZ VOUS DE CE POEME ?

    Le Poème
    Le Poème est une emblème
    Belle comme un bohème.
    Quand j'ai des problèmes
    le poème m’emmène au loin,
    Sur l'île là ou il m'aime.
    Et ô que j'aime les Poèmes.
    Non par leurs rîmes mais par leurs crimes !
    Et leurs c'est d'être magnifiques !

  22. J'ai aimé ce poéme

  23. j'aime

  24. hermanlebrave@gmail.com

Rédiger un commentaire

© 2020 Un Jour Un Poème - Tous droits réservés
UnJourUnPoeme sur Facebook UnJourUnPoeme sur Twitter RSS