Poème 'À Aurore' de George SAND

À Aurore

George SAND

La nature est tout ce qu’on voit,
Tout ce qu’on veut, tout ce qu’on aime.
Tout ce qu’on sait, tout ce qu’on croit,
Tout ce que l’on sent en soi-même.

Elle est belle pour qui la voit,
Elle est bonne à celui qui l’aime,
Elle est juste quand on y croit
Et qu’on la respecte en soi-même.

Regarde le ciel, il te voit,
Embrasse la terre, elle t’aime.
La vérité c’est ce qu’on croit
En la nature c’est toi-même.

Poème préféré des membres

Lelys, Mana56, Oyuna, celestine et WetnessProtection ont ajouté ce poème parmi leurs favoris.

Commentaires

  1. Cet univers ne sait pas qu'il est vieux
    Ni qu'un vivant trouve sa voûte belle ;
    Il ne sait pas qu'il est toujours fidèle
    Aux subtils pas d'un calcul prodigieux.

    Simple est ce qui est complexe à nos yeux,
    Fort ancienne est toute chose nouvelle,
    Lumières qui nous semblent éternelles
    Sont brefs éclairs sous le regard des cieux.

    Caprice fait et défait nos alliances.
    Mieux vaut pourtant leur accorder confiance,
    Sérénité et paix sont à ce prix.

    L'univers joue sur les cordes des lyres
    Et dans les mots issus de nos délires,
    Quand nous sentons le souffle de l'esprit.

Rédiger un commentaire

George SAND

Portait de George SAND

George Sand1 est le pseudonyme d’Amantine Aurore Lucile Dupin, romancière et femme de lettres française, plus tard baronne Dudevant, née à Paris le 1er juillet 1804 et morte au domaine de George Sand de Nohant le 8 juin 1876. Elle a écrit des romans, des nouvelles, des contes, des poèmes, des pièces de théâtre, une... [Lire la suite]

© 2019 Un Jour Un Poème - Tous droits réservés
UnJourUnPoeme sur Facebook UnJourUnPoeme sur Twitter RSS