Poème 'Charlottembourg' de François-René de CHATEAUBRIAND dans 'Poésies diverses'

Charlottembourg

François-René de CHATEAUBRIAND
Recueil : "Poésies diverses"

ou le tombeau de la reine de Prusse

Le voyageur.
Sous les hauts pins qui protègent ces sources,
Gardien, dis-moi quel est ce monument nouveau ?

Le gardien.
Un jour il deviendra le terme de tes courses :
O voyageur ! c’est un tombeau.

Le voyageur.
Qui repose en ces lieux ?

Le gardien.

Un objet plein de charmes.

Le voyageur.
Qu’on aima ?

Le gardien.
Qui fut adoré.

Le voyageur.
Ouvre-moi.

Le gardien.
Si tu crains les larmes,
N’entre pas.

Le voyageur.
J’ai souvent pleuré.

Le voyageur et le gardien entrent.

Le voyageur.
De la Grèce ou de l’Italie
On a ravi ce marbre à la pompe des morts.
Quel tombeau l’a cédé pour enchanter ces bords ?
Est-ce Antigone ou Cornélie ?

Le gardien.
La beauté dont l’image excite tes transports
Parmi nos bois passa sa vie.

Le voyageur.
Qui pour elle à ces murs de marbre revêtus
A suspendu ces couronnes fanées ?

Le gardien.
Les beaux enfants dont ses vertus
Ici-bas furent couronnées.

Le voyageur.
On vient.

Le gardien.
C’est un époux : il porte ici ses pas
Pour nourrir en secret un souvenir funeste.

Le voyageur.
Il a donc tout perdu ?

Le gardien.
Non : un trône lui reste.

Le voyageur.
Un trône ne console pas.


Berlin, 1821.

Poème préféré des membres

Aucun membre n'a ajouté ce poème parmi ses favoris.

Commentaires

  1. Gardien attentif
    ----------

    Ce gardien très modeste est chaussé de savates,
    Il est fort vigilant, sauf s’il va boire un coup ;
    Il porte un uniforme, auquel il tient beaucoup,
    Mais il oublie souvent d’arborer sa cravate.

    Il aime les sergents, bien que ce soient des fous,
    N’ayant point de bon sens sous leur casquette plate ;
    Il aime le major au foulard écarlate
    Et le vieux général coiffé d’un chapeau mou.

    Ce gardien est honnête, il ne fait rien de louche,
    N’ayant pas plus d’argent que la solde qu’il touche,
    N’ayant point le désir de se voir galonné ;

    Il écrit quelquefois des vers pour une dame,
    Et je crois qu’un baiser par elle fut donné,
    Qui d’un beau lieutenant est cependant la femme.

Rédiger un commentaire

François-René de CHATEAUBRIAND

Portait de François-René de CHATEAUBRIAND

François-Auguste-René, vicomte de Chateaubriand, né à Saint-Malo le 4 septembre 1768 et mort à Paris le 4 juillet 1848, est un écrivain romantique et homme politique français. Il est considéré comme l’une des figures centrales du romantisme français. Si le rôle politique de Chateaubriand dans la mouvance royaliste au... [Lire la suite]

© 2019 Un Jour Un Poème - Tous droits réservés
UnJourUnPoeme sur Facebook UnJourUnPoeme sur Twitter RSS