Poème 'Déjà nommé' de Victor HUGO dans 'Les Châtiments'

Déjà nommé

Victor HUGO
Recueil : "Les Châtiments"

Malgré moi je reviens, et mes vers s’y résignent,
A cet homme qui fut si misérable, hélas !
Et dont Mathieu Molé, chez les morts qui s’indignent,
Parle à Boissy d’Anglas.

Ô loi sainte ! Justice ! où tout pouvoir s’étaie,
Gardienne de tout droit et de tout ordre humain !
Cet homme qui, vingt ans, pour recevoir sa paie,
T’avait tendu la main,

Quand il te vit sanglante et livrée à l’infâme,
Levant tes bras, meurtrie aux talons des soldats,
Tourna la tête et dit : Qu’est-ce que cette femme
Je ne la connais pas !

Les vieux partis avaient mis au fauteuil ce juste !
Ayant besoin d’un homme, on prit un mannequin.
Il eût fallu Caton sur cette chaise auguste
On y jucha Pasquin.

Opprobre ! il dégradait à plaisir l’assemblée
Souple, insolent, semblable aux valets familiers,
Ses gros lazzis marchaient sur l’éloquence allée
Avec leurs gros souliers.

Quand on ne croit à rien on est prêt à tout faire.
Il eût reçu Cromwell ou Monk dans Temple-Bar.
Suprême abjection ! riant avec Voltaire,
Votant pour Escobar !

Ne sachant que lécher à droite et mordre à gauche,
Aidant, à son insu, le crime ; vil pantin,
Il entrouvrait la porte aux sbires en débaucbe
Qui vinrent un matin.

Si l’on avait voulu, pour sauver du déluge,
Certes, son traitement, sa place, son trésor,
Et sa loque d’hermine et son bonnet de juge
Au triple galon d’or,

Il eût été complice, il eût rempli sa tâche
Mais les chefs sur son nom passèrent le charbon
Ils n’ont pas daigné faire un traître avec ce lâche
Ils ont dit : à quoi bon ?

Sous ce règne où l’on vend de la fange au pied cube,
Du moins cet homme a-t-il à jamais disparu,
Rustre exploiteur des rois, courtisan du Danube,
Hideux flatteur bourru !

Il s’offrit aux brigands après la loi tuée ;
Et pour qu’il lâchât prise, aux yeux de tout Paris,
Il fallut qu’on lui dît : Vieille prostituée,
Vois donc tes cheveux gris !

Aujourd’hui méprisé, même de cette clique,
On voit pendre la honte à son nom infamant,
Et le dernier lambeau de la pudeur publique
A son dernier serment.

Si par hasard, la nuit, dans les carrefours mornes,
Fouillant du croc l’ordure où dort plus d’un secret,
Un chiffonnier trouvait cette âme au coin des bornes,
Il la dédaignerait !

Jersey. 25 décembre 1852.

Poème préféré des membres

Aucun membre n'a ajouté ce poème parmi ses favoris.

Commentaires

Aucun commentaire

Rédiger un commentaire

Victor HUGO

Portait de Victor HUGO

Victor-Marie Hugo, né le 26 février 1802 à Besançon et mort le 22 mai 1885 à Paris, est un écrivain, dramaturge, poète, homme politique, académicien et intellectuel engagé français, considéré comme l’un des plus importants écrivains romantiques de langue française. Fils d’un général d’Empire souvent... [Lire la suite]

© 2017 Un Jour Un Poème - Tous droits réservés
UnJourUnPoeme sur Facebook UnJourUnPoeme sur Twitter RSS
Nos partenaires : Le Mot pour la frime | Poetiz | Permis moto