Poème 'Désert' de okbanaji

Désert

okbanaji

Dans ce havre des bas-reliefs
Une voix faible égrène nos pensées,
Elle nous unit, elle nous rassemble
Sous cette tente, sous les palmiers.

Et parmi les dires au hasard
Les regards dorment encore
Au milieu d’un parfum de menthe
Dans une paix infinie

Une lumière faible
Fuit sur les pentes
Qui s’abîme à l’horizon

Et apparaissent lentement
Dans les couleurs du soir
Les fragiles estampes des dunes.

OKBA Naji.

Poème préféré des membres

Aucun membre n'a ajouté ce poème parmi ses favoris.

Commentaires

Aucun commentaire

Rédiger un commentaire

© 2021 Un Jour Un Poème - Tous droits réservés
UnJourUnPoeme sur Facebook UnJourUnPoeme sur Twitter RSS