Poème 'Épitaphe et rondeau' de François VILLON dans 'Le testament'

Épitaphe et rondeau

François VILLON
Recueil : "Le testament"

Ci gît et dort en ce solier,
Qu’amour occit de son raillon,
Un pauvre petit écolier
Qui fut nommé François Villon.
Oncques de terre n’eut sillon.
Il donna tout, chacun le sait :
Table, tréteaux, pain, corbillon.
Pour Dieu, dites-en ce verset :

Repos éternel donne à cil,
Sire, et clarté perpétuelle,
Qui vaillant plat ni écuelle
N’eut oncques, n’un brin de persil.

Il fut rés, chef, barbe et sourcils,
Comme un navet qu’on ret ou pèle.
Repos éternel donne à cil.

Rigueur le transmit en exil
Et lui frappa au cul la pelle,
Nonobstant qu’il dît :  » J’en appelle !  »
Qui n’est pas terme trop subtil.
Repos éternel donne à cil.

Poème préféré des membres

pablonaudet a ajouté ce poème parmi ses favoris.

Commentaires

  1. Quel est le Francais moderne de ce poème?

Rédiger un commentaire

© 2018 Un Jour Un Poème - Tous droits réservés
UnJourUnPoeme sur Facebook UnJourUnPoeme sur Twitter RSS