Poème 'L’Épitaphe de Villon ou « Ballade des pendus »' de François VILLON dans 'Poésies diverses'

Accueil > Les poètes > Poèmes et biographie de François VILLON > L’Épitaphe de Villon ou « Ballade des pendus »

L’Épitaphe de Villon ou « Ballade des pendus »

François VILLON
Recueil : "Poésies diverses"

Que feit Villon pour luy et ses compagnons, s’attendant estre pendu avec eulx.

Frères humains qui après nous vivez,
N’ayez les cœurs contre nous endurcis,
Car, si pitié de nous pauvres avez,
Dieu en aura plus tôt de vous mercis.
Vous nous voyez ci attachés cinq, six :
Quant à la chair, que trop avons nourrie,
Elle est piéça dévorée et pourrie,
Et nous, les os, devenons cendre et poudre.
De notre mal personne ne s’en rie ;
Mais priez Dieu que tous nous veuille absoudre !

Si frères vous clamons, pas n’en devez
Avoir dédain, quoique fûmes occis
Par justice. Toutefois vous savez
Que tous hommes n’ont pas bon sens rassis ;
Excusez-nous, puisque sommes transis,
Envers le fils de la Vierge Marie,
Que sa grâce ne soit pour nous tarie,
Nous préservant de l’infernale foudre.
Nous sommes morts, âme ne nous harie,
Mais priez Dieu que tous nous veuille absoudre !

La pluie nous a débués et lavés,
Et le soleil desséchés et noircis ;
Pies, corbeaux, nous ont les yeux cavés,
Et arraché la barbe et les sourcils.
Jamais nul temps nous ne sommes assis ;
Puis çà, puis là, comme le vent varie,
À son plaisir sans cesser nous charrie,
Plus becquetés d’oiseaux que dés à coudre.
Ne soyez donc de notre confrérie ;
Mais priez Dieu que tous nous veuille absoudre !

Prince Jésus, qui sur tous a maistrie,
Garde qu’Enfer n’ait de nous seigneurie :
À lui n’ayons que faire ni que soudre.
Hommes, ici n’a point de moquerie ;
Mais priez Dieu que tous nous veuille absoudre !

1462

Poème préféré des membres

Alexandre, pouyotsimon, lecathare, Vide, Marion, Oyuna, guillaumePrevel, archiluth44 et ecnaida ont ajouté ce poème parmi leurs favoris.

Commentaires

  1. Cette balade est instructive au max. car elle a été écrite par quelqu'un qui attendait la mort et se voyait pendu au gibet.
    Il y a une réalité toute simple qui est vérité totale.

Rédiger un commentaire

© 2018 Un Jour Un Poème - Tous droits réservés
UnJourUnPoeme sur Facebook UnJourUnPoeme sur Twitter RSS