Poème 'Fin' de Calypso

Fin

Calypso

La douleur de cet amour perdu inonde mon être et les traces de cette lame froide brûlent encore ma peau. Mon cœur est mort tout est fini, la dure pierre qu’il était s’est brisé et les lambeaux de mon passé coulent à flot sur mon corps glacé.
Fini : ce mot telle une épine a percé à jour mon cœur meurtri. La mort ne m’est même plus une pensée agréable, mais juste une suite logique à cette vie tragique, car où que j’aille il ne sera plus là.
Ce n’est plus qu’un fantôme d’un ancien bonheur qui éveille mon désir passionnel, mon corps n’est plus rien. Il ne m’est plus rien. Pourquoi devrais-je m’étonner qu’il passe de mains en mains ?
La tristesse est mon tombeau et à jamais mon cœur ne revivra en ce monde où son seul bonheur c’est éparpillé à jamais.
Et les larmes, telles des lames coulent, doucement, laissant échapper les derniers songes d’un être monstrueusement humain. Détruisant un peu plus ce tas de chaire servant de corps trop usé pour pouvoir encore s’enfuir sous les coups cruels de la vie dure des gens qui n’ont aucune foi.

Poème préféré des membres

Aucun membre n'a ajouté ce poème parmi ses favoris.

Commentaires

Aucun commentaire

Rédiger un commentaire

Calypso

Image de Calypso

Nom : Lhen

Prénom : Clotilde

Naissance : 11/08/1995

Présentation : La poésie est pour moi un coffre magique où je peux y déposer mes sentiments. Les mots sont des coquilles vides. L'âge n'est qu'un chiffre. _Ecrire, écrire à s'en arracher la...

Accéder à sa page de poésie

© 2020 Un Jour Un Poème - Tous droits réservés
UnJourUnPoeme sur Facebook UnJourUnPoeme sur Twitter RSS