Poème 'L’abandonnique' de Jesuisje

L’abandonnique

Jesuisje

Je suis le bétail tiré jusqu’à l’abattoir
Une corde mène, me lacère, me traine
Mon cœur brisé, battu; tu n’est pas venue me voir
Oh! Tu n’as guère versé de larmes à ma thrène!

La table s’avance. Tu as pu entrevoir
Mon souffle disloqué. Insensible à ma peine,
De ton fin poignet tu agitas l’encensoir :
Mon licol despotique, enfoncé dans mes veines

J’aperçois la lueur la lame du couteau,
Les braises enflent sur leurs piédestaux,
La foule m’accueille de tous ses yeux hargneux

L’engin de mort, bourreau, récite une prière :
Les mouvements qui ont déjà tués mes frères.
Tu m’as poussé, mon esprit s’effondre, harmonieux

Poème préféré des membres

Aucun membre n'a ajouté ce poème parmi ses favoris.

Commentaires

Aucun commentaire

Rédiger un commentaire

Jesuisje

Image de Jesuisje

Nom : non renseigné

Prénom : non renseigné

Naissance : non renseigné

Présentation : C'est vrai, qui suis-je ?

Accéder à sa page de poésie

© 2019 Un Jour Un Poème - Tous droits réservés
UnJourUnPoeme sur Facebook UnJourUnPoeme sur Twitter RSS