Poème 'Le Berger' de Esther GRANEK dans 'De la pensée aux mots'

Le Berger

Esther GRANEK
Recueil : "De la pensée aux mots"

Qui me dit que tu n’es
loup qui se fait berger
et se veut d’icelui
l’allure et le portrait ?

Qui me dira le temps
que tu passes à l’étang,
te mirant, composant
trait pour trait ton reflet ?

Qui me dit que ta voix
parlant si bien au coeur
n’est point fruit de labeur
et oeuvre de ton choix ?

Qui me dit que ton ciel
n’est point là pour dicter
le seul ton sur lequel
ton troupeau doit bêler ?

Qui me dit que ton verbe,
envoûtement de mots,
n’offrira point sur l’herbe
tes moutons aux corbeaux ?…

Qui me dit que tu n’es
loup qui se fait berger
et se veut d’icelui
l’allure et le portrait ?

1997

Poème préféré des membres

Aucun membre n'a ajouté ce poème parmi ses favoris.

Commentaires

  1. Le loup répond à la bergère
    -------------------------------

    Si tu me crois un loup,
    Vois, je suis en peluche ;
    Au lit, installons-nous ;
    Mets dans l'âtre une bûche.

    Si tu viens à l'étang,
    Nageons comme des truites ;
    La pudeur, entre-temps,
    Soit quelque peu détruite.

    Si tu aimes ma voix,
    C'est qu'elle est grave et tendre ;
    Surtout quand je te vois
    Auprès de moi t'étendre.

    Si nous allons au ciel,
    Que ce soit le septième ;
    Allons à l'essentiel,
    Comme des gens qui s'aiment.

    Si tu aimes mon verbe,
    C'est qu'il est caressant ;
    Comme le vent sur l'herbe,
    Jamais il n'est blessant.

    Si tu me crois un loup,
    Vois, je suis en peluche ;
    Au