Poème 'Les Brumes' de Émile VERHAEREN dans 'Les Bords de la Route'

Les Brumes

Émile VERHAEREN
Recueil : "Les Bords de la Route"

Brumes mornes d’hiver, mélancoliquement
Et douloureusement, roulez sur mes pensées
Et sur mon coeur vos longs linceuls d’enterrement
Et de rameaux défunts et de feuilles froissées
Et livides, tandis qu’au loin, vers l’horizon,
Sous l’ouatement mouillé de la plaine dormante,
Parmi les échos sourds et souffreteux, le son
D’un angelus lassé se perd et se lamente
Encore et va mourir dans le vide du soir,
Si seul, si pauvre et si craintif, qu’une corneille,
Blottie entre les gros arceaux d’un vieux voussoir,
A l’entendre gémir et sangloter, s’éveille
Et doucement répond et se plaint à son tour
A travers le silence entier que l’heure apporte,
Et tout à coup se tait, croyant que dans la tour
L’agonie est éteinte et que la cloche est morte.

Poème préféré des membres

Aucun membre n'a ajouté ce poème parmi ses favoris.

Commentaires

Aucun commentaire

Rédiger un commentaire

Émile VERHAEREN

Portait de Émile VERHAEREN

Émile Adolphe Gustave Verhaeren, né à Saint-Amand dans la province d’Anvers, Belgique, le 21 mai 1855 et mort à Rouen le 27 novembre 1916, est un poète belge flamand, d’expression française. Dans ses poèmes influencés par le symbolisme, où il pratique le vers libre, sa conscience sociale lui fait évoquer les grandes villes... [Lire la suite]

© 2017 Un Jour Un Poème - Tous droits réservés
UnJourUnPoeme sur Facebook UnJourUnPoeme sur Twitter RSS
Nos partenaires : Le Mot pour la frime | Poetiz | Permis moto