Poème 'Les Grands Corps de l’État' de Victor HUGO dans 'Les Châtiments'

Accueil > Les poètes > Poèmes et biographie de Victor HUGO > Les Grands Corps de l’État

Les Grands Corps de l’État

Victor HUGO
Recueil : "Les Châtiments"

Ces hommes passeront comme un ver sur le sable.
Qu’est-ce que tu ferais de leur sang méprisable ?
Le dégoût rend clément.
Retenons la colère âpre, ardente, électrique.
Peuple, si tu m’en crois, tu prendras une trique
Au jour du châtiment.

Ô de Soulouque-deux burlesque cantonade !
Ô ducs de Trou-Bonbon, marquis de Cassonade,
Souteneurs du larron,
Vous dont la poésie, ou sublime ou mordante,
Ne sait que faire, gueux, trop grotesques pour Dante,
Trop sanglants pour Scarron,

Ô jongleurs, noirs par l’âme et par la servitude,
Vous vous imaginez un lendemain trop rude,
Vous êtes trop tremblants,
Vous croyez qu’on en veut, dans l’exil où nous sommes,
A cette peau qui fait qu’on vous prend pour des hommes ;
Calmez-vous, nègres blancs !

Cambyse, j’en conviens, eût eu ce coeur de roche
De faire asseoir Troplong sur la peau de Baroche
Au bout d’un temps peu long,
Il eût crié : Cet autre est pire. Qu’on l’étrangle !
Et, j’en conviens encore, eût fait asseoir Delangle
Sur la peau de Troplong.

Cambyse était stupide et digne d’être auguste ;
Comme s’il suffisait pour qu’un être soit juste,
Sans vices, sans orgueil,
Pour qu’il ne soit pas traître à la loi, ni transfuge,
Que d’une peau de tigre ou d’une peau de juge
On lui fasse un fauteuil !

Toi, peuple, tu diras : – Ces hommes se ressemblent.
Voyons les mains. – Et tous trembleront comme tremblent
Les loups pris aux filets.
- Bon. Les uns ont du sang, qu’au bagne on les écroue,
A la chaîne ! Mais ceux qui n’ont que de la boue,
Tu leur diras : – Valets !

La loi râlait, ayant en vain crié : main-forte !
Vous avez partagé les habits de la morte.
Par César achetés,
De tous nos droits livrés vous avez fait des ventes ;
Toutes ses trahisons ont trouvé pour servantes
Toutes vos lâchetés !

Allez, fuyez, vivez ! pourvu que, mauvais prêtre,
Mauvais juge, on vous voie en vos trous disparaître,
Rampant sur vos genoux,
Et qu’il ne reste rien, sous les cieux que Dieu dore,
Sous le splendide azur où se lève l’aurore,
Rien de pareil à vous !

Vivez, si vous pouvez ! l’opprobre est votre asile.
Vous aurez à jamais, toi, cardinal Basile,
Toi, sénateur Crispin,
De quoi boire et manger dans vos fuites lointaines,
Si le mépris se boit comme l’eau des fontaines,
Si la honte est du pain ! -

Peuple, alors nous prendrons au collet tous ces drôles,
Et tu les jetteras dehors par les épaules
A grands coups de bâton ;
Et dans le Luxembourg, blancs sous les branches d’arbre,
Vous nous approuverez de vos têtes de marbre,
Ô Lycurgue, ô Caton !

Citoyens ! le néant pour ces laquais se rouvre
Qu’importe, ô citoyens ! l’abjection les couvre
De son manteau de plomb.
Qu’importe que, le soir, un passant solitaire,
Voyant un récureur d’égouts sortir de terre,
Dise : Tiens ! c’est Troplong !

Qu’importe que Rouher sur le Pont-Neuf se carre,
Que Baroche et Delangle, en quittant leur simarre,
Prennent des tabliers,
Qu’ils s’offrent pour trois sous, oubliés quoique infâmes,
Et qu’ils aillent, après avoir sali leurs âmes,
Nettoyer vos souliers !


23 novembre. Jersey.

Poème préféré des membres

Aucun membre n'a ajouté ce poème parmi ses favoris.

Commentaires

  1. Je ne leur ferai plus la guerre ;
    Qu'ils crèvent de leur ambition,
    Marchands de soupe et de galère
    Et marchands de révolution.

    Mieux vaut la sagesse précaire
    D'un ermite en méditation,
    Mieux vaut dormir, mieux vaut se taire
    Qu'entrer dans leurs machinations.

    Si je meurs dans les ans qui viennent,
    Que de ma vie je me souvienne
    Sans tristesse ni sans fierté ;

    Je n'ai acquis nulle richesse
    Ni accompli nulle prouesse,
    Mais j'ai gardé ma liberté.

  2. Bravo, Cochonfucius!

Rédiger un commentaire

Victor HUGO

Portait de Victor HUGO

Victor-Marie Hugo, né le 26 février 1802 à Besançon et mort le 22 mai 1885 à Paris, est un écrivain, dramaturge, poète, homme politique, académicien et intellectuel engagé français, considéré comme l’un des plus importants écrivains romantiques de langue française. Fils d’un général d’Empire souvent... [Lire la suite]

© 2017 Un Jour Un Poème - Tous droits réservés
UnJourUnPoeme sur Facebook UnJourUnPoeme sur Twitter RSS
Nos partenaires : Le Mot pour la frime | Poetiz | Permis moto