Poème 'N’envions rien' de Victor HUGO dans 'Les Contemplations'

N’envions rien

Victor HUGO
Recueil : "Les Contemplations"

O femme, pensée aimante
Et coeur souffrant,
Vous trouvez la fleur charmante
Et l’oiseau grand;

Vous enviez la pelouse
Aux fleurs de miel;
Vous voulez que je jalouse
L’oiseau du ciel.

Vous dites, beauté superbe
Au front terni,
Regardant tour à tour l’herbe
Et l’infini:

-Leur existence est la bonne;
-Là, tout est beau;
-Là, sur la fleur qui rayonne,
-Plane l’oiseau!

-Près de vous, aile bénie,
-Lys enchanté,
-Qu’est-ce, hélas! que le génie
-Et la beauté?

-Fleur pure, alouette agile,
-A vous le prix!
-Toi, tu dépasses Virgile;
-Toi, Lycoris!
-Quel vol profond dans l’air sombre!
-Quels doux parfums!—
Et des pleurs brillent sous l’ombre
De vos cils bruns.

Oui, contemplez l’hirondelle,
Les liserons;
Mais ne vous plaignez pas, belle,
Car nous mourrons!

Car nous irons dans la sphère
De l’éther pur;
La femme y sera lumière,
Et l’homme azur;

Et les roses sont moins belles
Que les houris;
Et les oiseaux ont moins d’ailes
Que les esprits!

Août 18…

Poème préféré des membres

Aucun membre n'a ajouté ce poème parmi ses favoris.

Commentaires

Aucun commentaire

Rédiger un commentaire

Victor HUGO

Portait de Victor HUGO

Victor-Marie Hugo, né le 26 février 1802 à Besançon et mort le 22 mai 1885 à Paris, est un écrivain, dramaturge, poète, homme politique, académicien et intellectuel engagé français, considéré comme l’un des plus importants écrivains romantiques de langue française. Fils d’un général d’Empire souvent... [Lire la suite]

© 2017 Un Jour Un Poème - Tous droits réservés
UnJourUnPoeme sur Facebook UnJourUnPoeme sur Twitter RSS
Nos partenaires : Le Mot pour la frime | Poetiz | Permis moto