Poème 'Neige' de Delaprade

Neige

Delaprade

Des linges mortuaires de lactescence
Couvraient les plafonds gris
M’enlaçant comme on se borne à l’adolescence
Allongé dans un plâtre mou, en crucifix

Début des chaleurs mortes, fin des brunes automnales
Des barbes sifflaient assises sur des arcs suants
Rédemption des Comptoirs aux brouhahas ovales
Je m’abreuvais enfin d’or liquide astringent

Cela va à ravir, au jour céruléen
Une robe de blancheur cousue pour son éveil
Jalousent, les voitures prirent scalpel mauve en main
D’un tranchant noir pervenche vînt découdre la merveille

La beauté le sait bien, une flèche transperce la langue
N’atteint point Chioné, splendide sans équivalence
Déradant les couleurs de leurs teintes Allemande
Charme l’horizon flânant, depuis ce soir il danse

Poème préféré des membres

guillaumePrevel a ajouté ce poème parmi ses favoris.

Commentaires

Aucun commentaire

Rédiger un commentaire

Delaprade

Image de Delaprade

Nom : de Sonneboeur

Prénom : Hugo

Naissance : non renseigné

Présentation : Failed

Accéder à sa page de poésie

© 2019 Un Jour Un Poème - Tous droits réservés
UnJourUnPoeme sur Facebook UnJourUnPoeme sur Twitter RSS