Petrus BOREL : poèmes, oeuvres et biographie

Accueil > Les poètes > Poèmes et biographie de Petrus BOREL

Petrus BOREL (1809-1859)

Sa biographie

Portrait de Petrus BOREL

Joseph-Pétrus Borel d’Hauterive, dit Pétrus Borel ou encore « le lycanthrope », né à Lyon, au 24, rue des Quatre Chapeaux, le 29 juin 1809 et mort à Mostaganem (Algérie) le 17 juillet 1859, est un poète, traducteur et écrivain français.
Pétrus Borel est le frère d’André Borel d’Hauterive, auteur d’un « Annuaire de la noblesse », qui s’efforça de prouver que les Borel descendaient d’une famille de la petite noblesse dauphinoise des environs de Briançon. Parmi ses autres frères et sœurs, on peut également signaler François-Victor, éditeur sous le nom de Francisque, né à Lyon le 26 pluviôse an X (15 février 1802), Benoît-François, dit « Bénoni », né le 27 thermidor an XI (15 août 1803), Françoise-Victoire, née le 22 brumaire an XIII (13 novembre 1804).

Pétrus Borel est le douzième des quatorze enfants d’André Borel, clincailler, et de Magdeleine Victoire Garnaud1. D’après Jules Claretie, son père avait combattu sous les ordres de Précy lors du siège de Lyon et avait dû se cacher en Suisse. En fait, né en 1765 au Grand-Villars de Jean-Aldéran Borel, marchand, et de Marguerite Garnaud, s’installe à Lyon à la mort de ses parents, chez son oncle et curateur Pierre Garnaud, qui l’emploie dans son commerce de clincaillerie. Marié le 2 février 1790 en l’église collégiale de Saint-Nizier à sa cousine germaine Magdeleine-Pierrette-Victoire Garnaud, fille de son curateur et de Pierrette Ugenaud, il s’installe comme clincailler au n° 24 de la rue des Quatre-Chapeaux. Pendant le soulèvement de Lyon contre la Convention nationale, il se mêle brièvement aux événements, s’exile peut-être après la prise de la ville, même si n’est guère probable, et certainement peu de temps. Le 16 novembre 1793, il est condamné à 560 livres d’amende par la Commission populaire de Lyon.
Le couple a quatorze enfants: Pierre-Victor, né le 5 avril 1791; François Pierrette, née le 19 décembre 1792; Marguerite, née le 5 thermidor an II (23 juillet 1794); Joséphine-Françoise, née le 25 frimaire an IV (16 décembre 1795); Claudine-Mélanie, née le 13 floréal an V (2 mai 1797); Lucrère-Mélanie, née le 11 brumaire an VII (1er novembre 1798); François, né 6 germinal an VIII (27 mars 1800); François-Victor, dit Francisque, né le 26 pluviôse an X (26 janvier 1802); Benoît-François, dit Bénoni, né le 27 thermidor an XI (15 août 1803); François-Victoire, née le 22 brumaire an XIII (13 novembre 1804); François-André, né le 14 novembre 1806; Joseph-Pétrus, né le 29 juin 1809; Jean-Baptiste, né le 18 décembre 1810; André-François-Joseph, né le 3 juillet 18124.
En 1820, les Borel s’installent à Paris, au 10, rue Notre-Dame-de-Nazareth, comme marchands de sparterie. Pétrus suit l’enseignement du Petit séminaire de Sainte-Élisabeth une école religieuse et parfait son éducation auprès de l’abbé Marduel, qui le fait entrer au Petit séminaire de Saint-Roch. En 1828, il est secrétaire d’un architecte à Melun, sa famille souhaitant qu’il s’initie à l’art architectural. Il fréquente l’atelier de l’architecte néo-classique Antoine-Martin Garnaud, rue de l’Abbaye, puis Bourlat. Établi à son propre compte dès 1829 après cinq ans d’apprentissage, il éprouve paradoxalement de grandes difficultés à s’intéresser à l’architecture de son temps, cultivant une passion puissante pour le Moyen Âge. Son style nouveau lui ayant valu quelques procès, il délaisse l’architecture pour s’adonner au dessin, donnant libre cours à son amour pour les formes et les couleurs, auprès d’Eugène Devéria, dont il devient l’ami. Mais il se rend vite compte qu’il n’est pas fait pour le dessin, et sa foi dans son mérite, son désir de s’imposer auprès des grands hommes de son temps, le poussent vers le journalisme en 1830. À partir de 1829, il appartient au Pétit Cénacle, qui réunit autour de Jehan Duseigneur Théophile Gautier, Gérard de Nerval, Philothée O’Neddy, Auguste Maquet, Joseph Bouchardy, Alphonse Brot et Napoléon Thomas, et dont il devient l’âme. Il se révèle, lors des Trois Glorieuses, farouche républicain, « faute, comme il le précisera lui-même plus tard, non sans humour, de pouvoir être caraïbe ». Après les journées de juillet, il fréquente les réunions de la « Société des Amis du Peuple ».

Tout en souffrant affreusement de la pauvreté, au point de se voir dans l’impossibilité de manger à sa faim (cf. son poème Misère), il s’affuble du surnom excentrique qui caractérise si bien son caractère tourmenté, et versifie à cœur-joie. Le 25 février 1830, il assiste, à la demande de Victor Hugo, à la première d’Hernani, qu’il défend vigoureusement lors de la bataille homonyme.
Au printemps 1831, il est interné à Écouy pour défaut de passeport. Durant l’été, il tente avec ses amis du Petit Cénacle l’expérience naturiste du Camp des Tartares dans une maison de la rue de Rochechouart, au bas de Montmartre. La même année, il publie des Stances sur les Blessures de l’Institut et Le Vieux capitaine dans l’Almanach des muses, Barraou le charpentier, « légende antillaise » dans Le Mercure de France au XIXe siècle.
En janvier 1832, il publie son premier recueil de vers, intitulé « Rhapsodies », mais aussi La Corse et Benoni dans l’Almanach des muses, et Heur et malheur dans les Annales romantiques1. En 1833 paraît une compilation de nouvelles très particulières, Champavert, Contes immoraux. En 1836 sort sa traduction du Robinson Crusoë de Daniel Defoe, si admirable qu’elle est encore éditée aujourd’hui. En 1839, ce sera Madame Putiphar, son grand roman, paru chez Ollivier en deux volumes. Le 3 juin, Jules Janin en donne un article hostile au Journal des débats. Il publie la même année Janiquette (23-24 juillet) dans La Presse et Yariko (10 octobre) dans Le Voleur.
À partir de 1834, il vit avec Marie-Antoinette Grangeret, veuve d’Augustin Claye5. Au début de 1840, il s’installe avec elle et ses enfants, Gabrielle et Justus dans une ferme d’Asnières, près de la gare, qu’il appelle plaisamment « L’Auberge de l’Âne mort et de la Femme guillotinée », où de nombreux amis viennent le voir parmi lesquels les peintres de la colonie de Bougival: Célestin Nanteuil, Baron, Français, les frères Leleux, ainsi que Gautier, O’Neddy, Fernand Boissard ou son frère André.
En 1841, il publie Le Gniaffe dans le tome IV des Français peints par eux-mêmes, Le Capitaine François de Civille (7-8 juin) dans Le Commerce. En 1842 paraît Miss Hazel (27 mars, 3 et 10 avril) dans L’Artiste et La Nonne de Peñaranda (juin) dans la Revue de Paris. En 1843, c’est Le Trésor de la Caverne d’Arcueil (avril) dans la Revue de Paris et Daphné (19, 20, 21 et 22 novembre) dans Le Messager des Chambres, mais aussi Gottfried Wolfgang, adaptation de l’Aventure d’un étudiant allemand (1824) de Washington Irving parue dans La Sylphide, et dont Alexandre Dumas s’inspirera en 1859 pour sa Femme au Collier de velours.
De retour à Paris en 1844, il prend le 25 février la direction de Satan, auparavant dirigé par son frère Francisque, et y donne de nombreux articles, notamment un Salon en six feuilletons du 17 mars au 15 mai. Il crée également la Revue pittoresque et son annexe L’Âne d’or, et publie trois sonnets (24 mai), Le Vert-Galant (6 octobre) et De la chaussure chez les anciens et chez les modernes (15 et 25 décembre) dans L’Artiste.
En 1845, il fréquente les bureaux de L’Artiste, dirigé par son ami Arsène Houssaye et le Divan Le Peletier en compagnie de Gautier, Nerval et Édouard Ourliac. Dans le même temps, il publie Mab Ivin de Roscof (1er et 15 avril) dans La Pandore, Sur l’amour (11 mai), Du général Marceau et de Clémence Isaure (25 mai), Pierre Bayle (10 août) et Alger et son avenir littéraire (29 novembre) dans L’Artiste. En septembre, il est rédacteur en chef du feuilleton de la Société générale de Presse créée par Dutacq, qui n’a pas de suites.

Bien que travaillant fort laborieusement, il ne parvient pas à subvenir à ses besoins. En 1845, Gautier, rentré d’un voyage en Algérie lui ayant suggéré d’entrer dans l’administration coloniale, il obtient l’appui d’Émile et Delphine de Girardin, amis de Bugeaud. Le 13 décembre, il est nommé inspecteur de la colonisation de 2e classe. Lassitude oblige, il accepte le poste, mais la presse républicaine se déchaîne contre lui, en particulier L’Esprit public et Le National d’Armand Marrast, qu’il provoque en duel.
En 1846, il publie Le Fou du roi de Suède (1er, 2 et 3 janvier) et Mon ami Panturier (8 et 9 janvier) dans Le Commerce, ainsi que Sur l’art (11 janvier) dans L’Artiste, avant de s’embarquer le 20 janvier à bord du Charlemagne à destination d’Alger. Débarqué le 25 janvier, il prend ses fonctions de secrétaire auprès du maréchal Bugeaud. Marie-Antoinette Claye, Gabrielle et Justus arrivent à leur tour le 25 juin et s’installent rue Darfour. À Alger, il publie Une représentation de Ruy Blas par des amateurs (11 mai) et La Science en Afrique (24 novembre) dans L’Akhbar.
Après la démission de Bugeaud, en juin 1847, Borel est nommé inspecteur de la colonisation à Mostaganem le 19 juillet. Le 2 septembre, il se marie à Alger avec Gabrielle Claye, dite Béatrix, fille de sa maîtresse Marie-Antoinette Claye et d’Augustin Claye (mort en 1827), âgée de 19 ans, avant de prendre son poste à Mostaganem le 7 septembre. En octobre, Mme Claye achète un terrain sur lequel sera bâti petit à petit une maison baptisée « le Castel de Haute-Pensée » par Borel. Dans le même temps, il publie Un Anglais en Afrique (6-15 juillet), qui reprend Daphné, et Les Courses à Mostaganem (18 novembre) dans L’Akhbar.
Le 9 janvier 1848 paraît dans L’Artiste un texte attribué à Borel, Du Iugement publicque. Après la Révolution de février 1848 et la proclamation de la Deuxième République, L’Akhbar annonce le 11 avril sa candidature à la députation. Destitué le 12 juin 1848 par Frédéric Lacroix (1811-1863), directeur général des affaires civiles d’Alger, envoyé d’Armand Marrast, il vit chichement du produit de ses terres, adressant plusieurs demandes de réintégration au ministre de la Guerre durant l’année 1849. Le 15 décembre 1849, grâce à l’intervention du maréchal Bugeaud et du général Daumas, il est réintégré dans le corps des inspecteurs de la colonisation, mais envoyé dans le département de Constantine. Du 2 avril au 3 juillet 1850, il est chargé du pénitencier de Lambessa, alors en construction. En juillet, il écrit Le Voyageur qui raccommode ses souliers, un long poème contre les socialistes.
Le 16 août 1851, ayant adressé au ministre de la Guerre de nombreuses lettres pour retrouver son ancien poste, il est muté à Mostaganem, où il arrive en septembre. Dans cette ville, il retrouve son ancien ami Ausone de Chancel, qui y occupe les fonctions de sous-préfet. Nommé par décret maire de Blad-Touaria, nouvelle colonie agricole située près de Mostaganem, il se révèle excellent administrateur mais, victime des idées romantiques qui ne l’ont jamais quitté, il emploie aussi bien les deniers publics que les siens pour sauver ses administrés de la faim et des fièvres. Le 18 juin 1852, il perd ses fonctions de maire, Blad-Touaria devenant l’annexe d’Aboukir. La 21 juin 1853, Chancel est muté à Blida et remplacé par le vicomte de Gantès, qui prend la défense de Borel quand le préfet d’Oran, Louis Majorel, critique ses rapports — Jules Claretie affirme que la plus grande partie était faite en vers. Le 7 septembre, une amende de 85 francs est prononcée contre Borel pour négligence dans l’établissement de documents statistiques. Le 7 janvier 1854, Borel adresse à Gantès une lettre de 16 pages dans laquelle il se défend contre les reproches de Majorel et envoie une copie au ministre. Majorel ayant envoyé à son tour le 24 janvier une lettre au ministre pour se plaindre des agissements de Borel, le ministre invite, le 23 mars, le préfet à punir Borel en lui retenant cinq jours d’appointements. À partir de cette date, Gantès change d’attitude, faisant montre d’une franche hostilité à l’égard de Borel.
En janvier 1855, en l’absence de Gantès, partie en métropole, Borel écrit Comme quoi toute collaboration est rendue impossible pour l’inspecteur de la colonisation de Mostaganem par M. de Gantès, sous-préfet de l’arrondissement, et par son bureau de colonisation, adressé au sous-préfet par intérim, au préfet Majorel et au ministre de la Guerre. Cette lettre contenant des accusations de malversations à l’encontre de Gantès, le ministre décide le 23 mars de procéder à une enquête, menée par le comte de Dax en mai et juin. Celle-ci blanchissant Gantès et donnant tous les torts à Borel, celui-ci lui adresse le 12 juin une longue lettre pour se défendre. Il n’en est pas moins révoqué définitivement le 27 août.
Installé alors sur ses terres comme simple colon, Borel sépuise dans des travaux agricoles. En avril 1856, Gantès est rétrogadé, nommé sous-préfet à Philippeville et remplacé par M. Otten, qui deviendra l’ami de Borel. En décembre, Pétrus apprend à son frère Borel que Gabrielle attend un enfant, Aldéran-André-Pétrus-Bénoni, qui voit le jour le 14 avril 1857, peu après la mort, le 21 janvier, de Marie-Antoinette Claye, folle depuis 1852. Pour se délasser, il écrit quelques poèmes de circonstances pour les filles du sous-préfet Otten, le dernier étant adressé à Gabrielle Otten le 5 juillet 1858.

Le 17 juillet 1859, Borel meurt, sans doute suite à une insolation.

Il connaît une gloire posthume grâce aux surréalistes et à André Breton qui sortirent de l’oubli des œuvres qui leur semblaient révolutionnaires.
Il est considéré aujourd’hui comme le représentant par excellence du frénétisme.


Source : Wikipédia
Ce contenu est soumis à la licence CC-BY-SA.
© 2016 Un Jour Un Poème - Tous droits réservés
UnJourUnPoeme sur Facebook UnJourUnPoeme sur Twitter RSS
Nos partenaires : Le Mot pour la frime | Poetiz | Permis moto