Poème 'Odelette' de Petrus BOREL dans 'Rhapsodies'

Odelette

Petrus BOREL
Recueil : "Rhapsodies"

Oh ! que n’ai-je vécu dans le beau moyen âge,
Age heureux du poète, âge du troubadour !
Quand tout ployait sous l’esclavage,
Lui seul n’avait que le servage
De sa lyre et de son amour.

Donc, sous son mantelet emportait sa richesse,
Sa lyre qui vibrait pour l’hospitalité ;
Et son estramaçon sans cesse
Demi-tiré pour sa maîtresse,
Brandissant pour sa liberté !

Poème préféré des membres

NormanH a ajouté ce poème parmi ses favoris.

Commentaires

  1. Dans un monde envahi d'obscure transparence,
    Que peut-on discerner sous ces sombres éclats ?
    Ici n'est point le lieu d'une remise à plat,
    Ni d'un essai savant sur l'être et l'apparence.

    Or, certains jours, ma vie n'est qu'une déshérence,
    Mon métier me paraît un piètre apostolat,
    Et mes chefs ont un peu l'aspect de cancrelats
    (Si j'ose formuler pareille irrévérence).

    N'importe, il faut agir, les autorités veillent,
    Puis, il faut accueillir les projets qui s'éveillent
    Aux mains des ingénieurs surchargés de talent.

    Que ne suis-je un errant chanteur de villanelles,
    Ou bien, pour composer des oeuvres plus formelles,
    En une cour royale, un poète galant !

Rédiger un commentaire

Petrus BOREL

Portait de Petrus BOREL

Joseph-Pétrus Borel d’Hauterive, dit Pétrus Borel ou encore « le lycanthrope », né à Lyon, au 24, rue des Quatre Chapeaux, le 29 juin 1809 et mort à Mostaganem (Algérie) le 17 juillet 1859, est un poète, traducteur et écrivain français.
Pétrus Borel est le frère d’André Borel d’Hauterive, auteur d’un... [Lire la suite]

© 2019 Un Jour Un Poème - Tous droits réservés
UnJourUnPoeme sur Facebook UnJourUnPoeme sur Twitter RSS