Poème '13 – J’ai marqué peu à peu l’atlas blanc de ton corps…' de Pablo NERUDA dans 'Vingt poèmes d'amour et une chanson désespérée'

Accueil > Les poètes > Poèmes et biographie de Pablo NERUDA > 13 – J’ai marqué peu à peu l’atlas blanc de ton corps…

13 – J’ai marqué peu à peu l’atlas blanc de ton corps…

Pablo NERUDA
Recueil : "Vingt poèmes d'amour et une chanson désespérée"

J’ai marqué peu à peu l’atlas blanc de ton corps
avec des croix de flamme.
Ma bouche, une araignée qui traversait, furtive.
En toi, derrière toi, craintive et assoiffée.

Histoires à te raconter sur la berge du crépuscule
douce et triste poupée, pour chasser ta tristesse.
Quelque chose, arbre ou cygne, qui est lointain, joyeux.
Et le temps des raisins, mûr et porteur de fruits.

J’ai vécu dans un port et de là je t’aimais.
Solitude où passaient le songe et le silence.
Enfermé, enfermé entre mer et tristesse.
Silencieux, délirant, entre deux statues de gondoliers.

Entre les lèvres et la voix, quelque chose s’en va mourant.
Ailé comme l’oiseau, c’est angoisse et oubli.
Tout comme les filets ne retiennent pas l’eau.
Il ne reste, poupée, que des gouttes qui tremblent.
Pourtant un chant demeure au coeur des mots fugaces.
Un chant, un chant qui monte à mes lèvres avides.
Pouvoir te célébrer partout les mots de joie.
Chanter, brûler, s’enfuir, comme un clocher aux mains d’un fou.
Que deviens-tu soudain, ô ma triste tendresse?
J’atteins le plus hardi des sommets, le plus froid,
et mon coeur se referme ainsi la fleur nocturne.

Poème préféré des membres

Aucun membre n'a ajouté ce poème parmi ses favoris.

Commentaires

Aucun commentaire

Rédiger un commentaire

© 2019 Un Jour Un Poème - Tous droits réservés
UnJourUnPoeme sur Facebook UnJourUnPoeme sur Twitter RSS