Poème 'Ballade' de Antoinette DESHOULIÈRES

Ballade

Antoinette DESHOULIÈRES

À caution tous amants sont sujets :
Cette maxime en ma tête est écrite.
Point n’ai de foi pour leurs tourments secrets ;
Point auprès d’eux n’ai besoin d’eau bénite,
Dans coeur humain probité plus n’habite
Trop bien encore a-t-on les mêmes dits
Qu’avant qu’astuce au inonde fût venue ;
Mais, pour d’effets, la mode en est perdue :
On n’aime plus comme on aimait jadis.

Riches atours, table, nombreux valets,
Font aujourd’hui les trois quarts du mérite.
Si des amants soumis, contents, discrets,
Il est encor, la troupe en est petite :
Amour d’un mois est amour décrépite.
Amours brutaux sont les plus applaudis.
Soupirs et pleurs feraient passer pour grue ;
Faveur est dite aussitôt qu’obtenue,
On n’aime plus comme on aimait jadis.

Jeunes beautés en vain tendent filets ;
Les jouvenceaux, cette engeance maudite,
Font bande à part ; près des plus doux objets,
D’être indolent chacun se félicite.
Nul en amour ne daigne être hypocrite ;
Ou si, parfois, un de ces étourdis
À quelques soins s’abaisse et s’habitue,
Don de merci seul il n’a pas en vue ;
On n’aime plus comme on aimait jadis.

Tous jeunes coeurs se trouvent ainsi faits.
Telle denrée aux folles se débite,
Coeurs de barbons sont un peu moins coquets ;
Quand il fut vieux le diable fut ermite,
Mais rien chez eux à tendresse n’invite ;
Par maints hivers désirs sont refroidis ;
Par maux fréquents humeur devient bourrue.
Quand une fois on a tête chenue,
On n’aime plus comme on aimait jadis.

ENVOI

Fils de Vénus, songe à tes intérêts ;
Je vois changer l’encens en camouflets :
Tout est perdu si ce train continue.
Ramène-nous le siècle d’Amadis.
Il t’est honteux qu’en cour d’attraits pourvue,
Où politesse au comble est parvenue,
On n’aime plus comme on aimait jadis.

Poème préféré des membres

Aucun membre n'a ajouté ce poème parmi ses favoris.

Commentaires

  1. Jaime d antoinette

Rédiger un commentaire

Antoinette DESHOULIÈRES

Portait de Antoinette DESHOULIÈRES

Antoinette Des Houlières, née Du Ligier de la Garde le 1er janvier 1638 à Paris et décédée le 17 février 1694, est une femme de lettres française. Belle et instruite, Antoinette Des Houlières sait le latin, l’espagnol et l’italien quand elle épouse en 1651 Guillaume de Lafon de Boisguérin, seigneur Des Houlières,... [Lire la suite]

© 2017 Un Jour Un Poème - Tous droits réservés
UnJourUnPoeme sur Facebook UnJourUnPoeme sur Twitter RSS
Nos partenaires : Le Mot pour la frime | Poetiz | Permis moto