Poème 'La Solitude' de Antoinette DESHOULIÈRES dans 'Idylles'

La Solitude

Antoinette DESHOULIÈRES
Recueil : "Idylles"

Charmante et paisible retraite,
Que de votre douceur je connois bien le prix !
Et que je conçois de mépris
Pour les vains embarras dont je me suis défaite !
Que sous ces chênes verts je passe d’heureux jours !
Dans ces lieux écartés que la nature est belle !
Rien ne la défigure ; elle y garde toujours
La même autorité qu’avant qu’on eût contre elle
Imaginé des lois l’inutile secours.
Ici le cerf, l’agneau, le paon, la tourterelle,
Pour la possession d’un champ ou d’un verger,
N’ont point ensemble de querelle ;
Nul bien ne leur est étranger ;
Nul n’exerce sur l’autre un pouvoir tyrannique ;
Ils ne se doivent point de respects ni de soins ;
Ce n’est que par les noeuds de l’amour qu’ils sont joints,
Et d’aïeux éclatans pas un d’eux ne se pique.

Hélas ! Pourquoi faut-il qu’à ces sauvages lieux
Soient réservés des biens si doux, si précieux ?
Pourquoi n’y voit-on point d’avare, de parjure ?
N’est-ce point qu’entre vous, tranquilles animaux,
Tous les biens sont communs, tous les rangs sont égaux,
Et que vous ne suivez que la seule nature ?
Elle est sage chez vous qui n’êtes point contraints
Par une loi bizarre et dure.
Quelle erreur a pu faire appeler les humains
Le chef-d’oeuvre accompli de ses savantes mains !
Que pour se détromper de ces fausses chimères,
Qui nous rendent si fiers, si vains,
On vienne méditer dans ces lieux solitaires.
Avec étonnement j’y vois
Que le plus petit des reptiles,
Cent fois plus habile que moi,
Trouve pour tous ses maux des remèdes utiles.
Qui de nous, dans le temps de la prospérité,
A l’active fourmi ressemble ?
A voir sa prévoyance, il semble
Qu’elle ait de l’avenir percé l’obscurité,
Et qu’étant au-dessus de la foiblesse humaine,
Elle ne fasse point de cas
De tout ce qu’étale d’appas
La volupté qui nous entraîne.
Quels états sont mieux policés
Que l’est une ruche d’abeilles ?
C’est là que les abus ne se sont point glissés,
Et que les volontés en tout temps sont pareilles.
De leur roi, qui les aime, elles sont le soutien ;
On sent leur aiguillon dès qu’on cherche à lui nuire ;
Pour les châtier il n’a rien :
Il n’est roi que pour les conduire,
Et que pour leur faire du bien.
En vain notre orgueil nous engage
A ravaler l’instinct qui, dans chaque saison,
A la honte de la raison,
Pour tous les animaux est un guide si sage.
Ah ! N’avons-nous pas dû nous dire mille fois,
En les voyant être heureux sans richesse,
Habiles sans étude, équitables sans lois,
Qu’ils possèdent seuls la sagesse ?
Il n’en est presque point dont l’homme n’ait reçu
Des leçons qui l’ont fait rougir de sa foiblesse,
Et, quoiqu’il s’applaudisse, il doit à leur adresse
Plus d’un art que, sans eux, il n’auroit jamais su.
Innocens animaux, quelle reconnoissance
Avons-nous de tant de bienfaits ?
Des présens de la terre, hélas ! Peu satisfaits,
Nous vous sacrifions à notre intempérance.
Quelle inhumanité ! Quelle lâche fureur !
Il n’est point d’animal dont l’homme n’adoucisse
La brutale et farouche humeur,
Et de l’homme il n’est point d’animal qui fléchisse
Le cruel et superbe coeur.
De quel droit, de quel front est-ce que l’on compare
Ceux à qui la nature a fait un coeur barbare
Aux ours, aux sangliers, aux loups ?
Ils sont moins barbares que nous.
Font-ils éprouver leur colère
Que lorsque d’un chasseur avide et téméraire
Le fer ennemi les atteint,
Ou que lorsque la faim les presse et les contraint
De chercher à la satisfaire ?
Vaste et sombre forêt, leur séjour ordinaire,
N’est-ce, en vous traversant, que leur rage qu’on craint ?
Hélas ! Combien de fois cette nuit infidèle
Que vous offrez contre l’ardeur
Dont au milieu du jour le soleil étincelle
A-t-elle été fatale à la jeune pudeur !
Hélas ! Combien de fois, complice
Et de meurtres et de larcins,
A-t-elle dérobé de brigands, d’assassins
Et d’autres scélérats aux yeux de la justice !
Combien avez-vous vu de fois
Le frère, armé contre le frère,
Faire taire du sang la forte et tendre voix,
Et dans l’héritage d’un père
Par le crime acquérir de légitimes droits !
Parlez, forêts ; jadis une de vos semblables
Daigna plus d’une fois répondre à des mortels :
Quelles fureurs aussi coupables
Pouvons-nous reprocher à vos hôtes cruels ?
Si quelquefois entre eux une rage soudaine
Les porte à s’arracher le jour,
Ce n’est point l’intérêt, l’ambition, la haine
Qui les anime ; c’est l’amour.
Lui seul leur fait troubler votre sacré silence ;
Amoureux, rivaux et jaloux,
Leur coeur ne peut souffrir la moindre préférence ;
La mort leur semble un sort plus doux.
D’une si belle excuse, au dur siècle où nous sommes,
On ne peut déguiser les maux que nous faisons ;
Non, des meurtres sanglans, des noires trahisons,
L’amour ne fournit plus aux hommes
Les violens conseils ni les tendres raisons.

Poème préféré des membres

Aucun membre n'a ajouté ce poème parmi ses favoris.

Commentaires

  1. oh j aime bcp cette poetesse elle écrit avec des mots tendes et ses oevres et ses poemes sont belle
    franchement antoinette du ligier de la garde deshoulieres est la meilleure
    malheuresement meconue
    je te dis antoinette je t aime fort!!

Rédiger un commentaire

Antoinette DESHOULIÈRES

Portait de Antoinette DESHOULIÈRES

Antoinette Des Houlières, née Du Ligier de la Garde le 1er janvier 1638 à Paris et décédée le 17 février 1694, est une femme de lettres française. Belle et instruite, Antoinette Des Houlières sait le latin, l’espagnol et l’italien quand elle épouse en 1651 Guillaume de Lafon de Boisguérin, seigneur Des Houlières,... [Lire la suite]

© 2017 Un Jour Un Poème - Tous droits réservés
UnJourUnPoeme sur Facebook UnJourUnPoeme sur Twitter RSS
Nos partenaires : Le Mot pour la frime | Poetiz | Permis moto