Poème 'Bardes et Cordes' de Alfred JARRY dans 'La Revue blanche (revue)'

Bardes et Cordes

Alfred JARRY
Recueil : "La Revue blanche (revue)"

Le roi mort, les vingt et un coups de la bombarde
Tonnent, signal de deuil, place de la Concorde.

Silence, joyeux luth, et viole et guimbarde :
Tendons sur le cercueil la plus macabre corde

Pour accompagner l’hymne éructé par le barde :
Le ciel veut l’oraison funèbre pour exorde.

L’encens vainc le fumet des ortolans que barde
La maritorne, enfant butorde non moins qu’orde.

Aux barrières du Louvre elle dormait, la garde :
Les palais sont de grands ports où la nuit aborde ;

Corse, kamoulcke, kurde, iroquoise et lombarde
Le catafalque est ceint de la jobarde horde.

Sa veille n’eût point fait camuse la camarde :
Il faut qu’un rictus torde et qu’une bouche morde.

La lame ou la dent tranche autant que le plomb arde :
Poudre aux moineaux, canons place de la Concorde.

Arme blême, le dail ne craint point l’espingarde :
Tonne, signal de deuil ; vibre, macabre corde.

Les Suisses du pavé heurtent la hallebarde :
Seigneur, prends le défunt en ta miséricorde.

1903

Poème préféré des membres

SoulyneMacAdam a ajouté ce poème parmi ses favoris.

Commentaires

  1. Guimbardes et miséricorde

    --------------------------------------

    D'un instrument à vent qui semble une bombarde,
    Je tire un aigre son qui à rien ne concorde ;

    Mais Jarry m'encourage aux sons d'une guimbarde
    Et la foule applaudit la danseuse de corde.

    Le centaure s'enfuit, apeuré par un barde,
    Courant de tous côtés en une voirie orde.

    Sa course, cependant, course d'arrière-garde,
    Ne fait guère parie des thèmes qu'on aborde ;

    Quand il sera perdu dans la plaine lombarde,
    Oublié sera-t-il, même au sein de sa horde.

    En vain brandira-t-il alors sa hallebarde,
    En vain cherchera-t-il quelque miséricorde.

  2. "partie" et non "parie"

Rédiger un commentaire

Alfred JARRY

Portait de Alfred JARRY

Alfred Jarry, né à Laval (Mayenne) le 8 septembre 1873 et mort à Paris le 1er novembre 1907, est un poète, romancier et dramaturge français. Alfred Jarry est le fils d’Anselme Jarry, négociant puis représentant en commerce, et de Caroline Quernest. En 1878, il est inscrit comme élève dans la division des minimes du petit... [Lire la suite]

© 2017 Un Jour Un Poème - Tous droits réservés
UnJourUnPoeme sur Facebook UnJourUnPoeme sur Twitter RSS
Nos partenaires : Le Mot pour la frime | Poetiz | Permis moto