Poème 'Roses' de Alfred JARRY dans 'Les Minutes des Sables mémorial'

Roses

Alfred JARRY
Recueil : "Les Minutes des Sables mémorial"

Roses de feu, blanches d’effroi,
Les trois Filles sur le mur froid
Regardent luire les grimoires…
Roses de feu, blanches d’effroi,
En longues chemises de cygnes,
Les trois Filles sur le mur froid,
Regardant grimacer les signes,
Ouvrent, les bras d’effroi liés,
Leurs yeux comme des boucliers.

Poème préféré des membres

Aucun membre n'a ajouté ce poème parmi ses favoris.

Commentaires

  1. Piaf-Tonnerre au Groenland
    ---------------------------------

    Piaf-Tonnerre, sans effroi,
    Traverse le désert froid
    Qui semble une patinoire.
    Il a de la neige à boire,
    Un traîneau pour ses paquets ;
    Mais il n’a point de laquais.
    Il parcourt l’étendue blanche
    Sous l’oeil des baleines franches ;
    Jamais un ours ne le mord
    (Tant mieux, car ils mordent fort).
    Au ciel, jamais de vautours,
    À l’horizon, nulle tour,
    Sur la route, nulle pierre,
    Pas plus devant que derrière.

    Pourquoi parcourir dans le froid
    La piste à la blancheur de cygne ?
    C’est pour trouver le bel endroit
    Où (raconte un auteur danois)
    Les trappeurs cultivent leur vigne.

Trackbacks
  1. Se perdre en forêt | Pays de poésie

Rédiger un commentaire

Alfred JARRY

Portait de Alfred JARRY

Alfred Jarry, né à Laval (Mayenne) le 8 septembre 1873 et mort à Paris le 1er novembre 1907, est un poète, romancier et dramaturge français. Alfred Jarry est le fils d’Anselme Jarry, négociant puis représentant en commerce, et de Caroline Quernest. En 1878, il est inscrit comme élève dans la division des minimes du petit... [Lire la suite]

© 2017 Un Jour Un Poème - Tous droits réservés
UnJourUnPoeme sur Facebook UnJourUnPoeme sur Twitter RSS
Nos partenaires : Le Mot pour la frime | Poetiz | Permis moto