Poème 'D’hiver à juin' de Ulth

Accueil > Les membres > Page de poésie de Ulth > D’hiver à juin

D’hiver à juin

Ulth

D’hiver à juin, outrepassées les manches,
Folles élimées de notre bêtise éclaircie,
A ce jeu là, envahissant mon esprit, la coupe franche,
De nos fourrures d’autrefois, j’abandonnais
Mes loques, mouroirs à l’inaccessible revanche
De tes yeux distincts dont les attributs m’effraient.

Des vieilles, noires et frêles réminescences
Et du tombeau travesti de nos sourires exposés
J’errais, empêtré pataud et pulvérisé
Éconduit, nu, dans la folie et l’essence
De nos corps habités, manque là ta sève
Virevoltant à mes yeux, à mon grand confort.

A l’orée de nos graciles baisers
A l’aune déployée de tes coquins déplacements
Tu fus, calme et sereine, et relevée lasse
Par de grands amants sans peine, proches
Et du fruit, phrasé familier qui nous liait
Tu n’entendis qu’un murmure, n’est plus qu’une croche.

Feu le Prince, naguère si laid, propulsa ses griffes,
Mordillant là tes grandes enjambées, comme bien prédit
Et l’hyppogryphe s’attriste, nain dans l’océan livide
De voir à ton cou me suicider, poète à la lyre
Troubadour sans espoir, à la chandelle qui se meure
Comme j’aurais voulu m’éloigner avec toi.

Poème préféré des membres

Aucun membre n'a ajouté ce poème parmi ses favoris.

Commentaires

Aucun commentaire

Rédiger un commentaire

Ulth

Image de Ulth

Nom : non renseigné

Prénom : Adrien

Naissance : 24/10/1989

Présentation : non renseigné

Accéder à sa page de poésie

© 2017 Un Jour Un Poème - Tous droits réservés
UnJourUnPoeme sur Facebook UnJourUnPoeme sur Twitter RSS
Nos partenaires : Le Mot pour la frime | Poetiz | Permis moto