Poème 'Fable' de Hégésippe MOREAU dans 'Œuvres de Hégésippe Moreau'

Fable

Hégésippe MOREAU
Recueil : "Œuvres de Hégésippe Moreau"

« Que je suis bien sous mon ciel de cristal !
À me nourrir la terre est épuisée ;
À moi chaleur et lumière et rosée :
Certes, je suis un noble végétal ! »
Ainsi parlait maint cornichon sous verre :
Le jardinier passe, et, d’un ton sévère,
À ces vantards dit : « Taisez-vous, mes fils :
Un coup de vent peut briser votre cloche ;
Vous mûrissez, et le bocal approche ;
Encore un jour, et vous serez confits. »

Hélas ! hélas ! philosophe, astronome,
D’un ciel étroit coiffés, quand nous marchons,
Fiers et clamant : « L’homme est tout, gloire à l’homme ! »
Dieu tonne et dit : « Taisez-vous, cornichons ! »

Poème préféré des membres

Aucun membre n'a ajouté ce poème parmi ses favoris.

Commentaires

  1. Endormis par sept boules de cristal,
    Sept grands savants, toute force épuisée
    Par la magie qui leur est imposée,
    Sont retournés à l'état végétal.

    Très loin de là, c'est un morceau de verre
    Dont, pour allumer le bûcher sévère,
    L'éclat de flamme au chaud soleil suffit,
    Mais on perçoit quelque chose qui cloche :
    Dévorant l'astre, un monstre noir s'approche,
    Porteur d'angoisse et porteur de défi.

    C'est un truc bien connu des astronomes ;
    En le lisant, bon public, nous marchons.
    Plus loin encore, on voit errer deux hommes,
    Deux policiers (plutôt, deux cornichons).

Rédiger un commentaire

© 2019 Un Jour Un Poème - Tous droits réservés
UnJourUnPoeme sur Facebook UnJourUnPoeme sur Twitter RSS