Poème 'Famille' de VVAL

Famille

VVAL

Ne plus rêver, accepter ce néant
d’enfants et d’épouse absents.
Le vide de la maison m’obstine
Simples portions dans la cuisine.
A continuer de manger leur part
ton poids égalera ce triste canular.
Seul, ton grand cœur de lassitude
Jamais ne comblera ta solitude.

Poème préféré des membres

Aucun membre n'a ajouté ce poème parmi ses favoris.

Commentaires

Aucun commentaire

Rédiger un commentaire

© 2020 Un Jour Un Poème - Tous droits réservés
UnJourUnPoeme sur Facebook UnJourUnPoeme sur Twitter RSS