Poème 'Étrennes' de Mellin de SAINT-GELAIS

Étrennes

Mellin de SAINT-GELAIS

En lieu de mai, de dorure, ou de chaîne
A ce matin premier jour de l’année
Je vous envoie un brin de gui de chêne ;
N’êtes-vous pas richement étrennée ?
Cette façon d’en donner n’est pas née
De moi premier : les vieux Druides sages
En présentaient ce jour pour bons présages.
Oh ! qu’en ce gui tel signe fût compris
(Puisque le glud se fait de ses feuillages)
Que votre coeur du mien dût être pris !

Poème préféré des membres

Aucun membre n'a ajouté ce poème parmi ses favoris.

Commentaires

  1. Jour de sable et nuit d'or
    -------------------------

    Au jour de sable, un astre se déchaîne
    Sur le tournoi des chevaliers d'argent ;
    Bien maintenue est la lance de frêne,
    Car l'un pour l'autre ils ne sont indulgents.

    Dans la nuit d'or rit la lune d'azur,
    Celle qui porte un excellent présage :
    Les arbres bleus, dont le bois est si dur,
    En ce printemps vont changeant leur feuillage.

    Bons chevaliers, n'en soyez point surpris :
    Qui en tournoi sur tous aura victoire
    Ne recevra qu'une feuille pour prix,
    Mais qui provient d'un bel arbre de gloire.

Rédiger un commentaire

Mellin de SAINT-GELAIS

Portait de Mellin de SAINT-GELAIS

Mellin de Saint-Gelais (ou Melin de Saint-Gelays ou de Sainct-Gelais), né à Angoulême vers 1491 et mort à Paris en octobre 1558, est un poète français de la Renaissance, qui eut les faveurs de François 1er. Il était fort probablement le fils naturel de Jean de Saint-Gelais, marquis de Montlieu, qui appartenait à la petite... [Lire la suite]

© 2016 Un Jour Un Poème - Tous droits réservés
UnJourUnPoeme sur Facebook UnJourUnPoeme sur Twitter RSS
Nos partenaires : Le Mot pour la frime | Poetiz | Permis moto