Poème 'La Nuit' de Émile VERHAEREN dans 'Les Bords de la Route'

La Nuit

Émile VERHAEREN
Recueil : "Les Bords de la Route"

Depuis que dans la plaine immense il s’est fait soir,
Avec de lourds marteaux et des blocs taciturnes,
L’ombre bâtit ses murs et ses donjons nocturnes
Comme un Escurial revêtu d’argent noir.

Le ciel prodigieux domine, embrasé d’astres,
- Voûte d’ébène et d’or où fourmillent des yeux -
Et s’érigent, d’un jet, vers ce plafond de feux,
Les hêtres et les pins, pareils à des pilastres.

Comme de blancs linceuls éclairés de flambeaux,
Les lacs brillent, frappés de lumières stellaires,
Les champs, ils sont coupés, en clos quadrangulaires,
Et miroitent, ainsi que d’énormes tombeaux.

Et telle, avec ses coins et ses salles funèbres,
Tout entière bâtie en mystère, en terreur,
La nuit paraît le noir palais d’un empereur
Accoudé quelque part, au loin, dans les ténèbres.

Poème préféré des membres

Aucun membre n'a ajouté ce poème parmi ses favoris.

Commentaires

  1. Porteur de rameaux
    ------------------------

    Rapace d'argent dans le soir,
    Parmi les trèfles taciturnes,
    Survolant les donjons nocturnes
    Brillants et maçonnés de noir.

    L'oiseau planant sous les étoiles
    A du sourire dans ses yeux ;
    Il transporte un rameau de feu
    Dont, par moments, l'éclat se voile.

    Bientôt viendra la nuit funèbre ;
    Le moment des grandes terreurs
    Où tremblent moine et empereur,
    Cet incertain temps de ténèbres.

Rédiger un commentaire

© 2018 Un Jour Un Poème - Tous droits réservés
UnJourUnPoeme sur Facebook UnJourUnPoeme sur Twitter RSS