Poème 'La main vengeresse' de guillaumePrevel

La main vengeresse

guillaumePrevel

La main vengeresse du peuple affamé
Va finir par frapper microbe de Jupiter!
La moisson généreuse de grande colère
Arrive toujours quand les blés sont germés

L’injustice et le cynisme pour système de gouvernance
Ne tient que le temps de la duperie
Car quand sonne le réveil de la vraie camaraderie
Vient la fin de l’inique maltraitance

Alors les poltrons maudits de la grosse bourgeoisie
Se cachent comme leurs économies
Loin des révoltes qui grondent comme l’orage

Fuyez! misérable engeance, loin de nos bras vengeurs
Et ne revenez jamais infâmes voleurs
Le peuple comme le monde n’a guère besoin de vauriens !

2 septembre 2018

Poème préféré des membres

Aucun membre n'a ajouté ce poème parmi ses favoris.

Commentaires

Aucun commentaire

Rédiger un commentaire

© 2019 Un Jour Un Poème - Tous droits réservés
UnJourUnPoeme sur Facebook UnJourUnPoeme sur Twitter RSS