Poème 'La terre se couvre de fleurs et de fruits' de Guillaume de Salluste DU BARTAS dans 'La Sepmaine'

Accueil > Les poètes > Poèmes et biographie de Guillaume de Salluste DU BARTAS > La terre se couvre de fleurs et de fruits

La terre se couvre de fleurs et de fruits

Guillaume de Salluste DU BARTAS
Recueil : "La Sepmaine"

Ja le pesché velu, jà l’orenge doré,
Le friand abricot, et le coing decoré
D’un blanchastre duvet, portent sur leur escorce,
Escrite du grand Dieu la pourvoyante force.
La doux-flairante pomme, et l’une et l’autre noix,
La restraignante poire, et le fruict idumois,
La figue jette-laict, la cerise pourpree,
L’olive appetissante, et la prune sucree,
Vont par tout respandant un plaisant renouveau,
Faisant de chaque camp un paradis nouveau.
Icy le poivre fin comme en grappes s’assemble,
De là croist la canelle ; icy sous Eure tremble
La muscadelle noix qui fournit chacun an
Un publique butin aux hommes de Bandan.
Jà la blanche douceur du sucre encore humide
S’engendre dans le creux d’une plante hesperide.
Jà le baume larmoye, et jà les bois fameux
Du peuple atramitain pleurent l’encens fumeux.
Bien que par le peche, dont notre premier pere
Nous a bannis du ciel, la terre degenere
De son lustre premier, portant de son Seigneur
Sur le front engravé l’éternel déshonneur,
Que son age decline avec l’age du monde,
Que sa fécondité la rende moins feconde,
Semblable à celle-là, dont le corps est cassé
Des tourmens de Lucine, et dont le flanc lassé
D’avoir de ses enfants peuplé presque une ville,
Espuisé de vertu devient enfin sterile;
Si fournit-elle encore assez ample argument,
Pour célébrer l’auteur d’un si riche ornement.
Jamais le gay printemps à mes yeux ne propose
L’azur du tin fleury, l’incarnat de la rose,
Le pourpre rougissant de l’oeillet à maint plis,
Le fin or de Clitie et la neige du lis,
Que je n’admire en eux le peintre qui colore
Les champs de plus de taints que le front de l’aurore,
Qui quittant des poissons le tempesteux sejour
Conduit, avant-courriere, es Indes un beau jour,
Ou de l’arc qui promet aux plaines alterees
D’arrouser leurs seillons de fecondes orees.

Poème préféré des membres

Aucun membre n'a ajouté ce poème parmi ses favoris.

Commentaires

Aucun commentaire

Rédiger un commentaire

Guillaume de Salluste DU BARTAS

Portait de Guillaume de Salluste DU BARTAS

Guillaume de Saluste, seigneur du Bartas ou plus simplement Guillaume du Bartas, né en 1544 à Monfort, près d’Auch (Gers), et mort le 28 août 1590 à Mauvezin, est un écrivain et poète français qui fut très en faveur auprès des lecteurs jusqu’au XVIIe siècle. Guillaume du Bartas, fils de François de Salluste et de... [Lire la suite]

© 2017 Un Jour Un Poème - Tous droits réservés
UnJourUnPoeme sur Facebook UnJourUnPoeme sur Twitter RSS
Nos partenaires : Le Mot pour la frime | Poetiz | Permis moto