Poème 'Le Beau Jardin Fleuri de Flammes' de Émile VERHAEREN dans 'Les Heures Claires'

Accueil > Les poètes > Poèmes et biographie de Émile VERHAEREN > Le Beau Jardin Fleuri de Flammes

Le Beau Jardin Fleuri de Flammes

Émile VERHAEREN
Recueil : "Les Heures Claires"

Le beau jardin fleuri de flammes
Qui nous semblait le double ou le miroir
Du jardin clair que nous portions dans l’âme
Se cristallise en gel et or, ce soir.

Un grand silence blanc est descendu s’asseoir
Là-bas, aux horizons de marbre,
Vers où s’en vont, par défilé, les arbres
Avec leur ombre immense et bleue
Et régulière, à côté d’eux.

Aucun souffle de vent, aucune haleine.
Les grands voiles du froid
Se déplient seuls, de plaine en plaine,
Sur des marais d’argent ou des routes en croix.

Les étoiles paraissent vivre.
Comme l’acier, brille le givre,
A travers l’air translucide et glacé.
De clairs métaux pulvérisés
A l’infini semblent neiger
De la pâleur d’une lune de cuivre.
Tout est scintillement dans l’immobilité.

Et c’est l’heure divine, où l’esprit est hanté
Par ces mille regards que projette sur terre,
Vers les hasards de l’humaine misère,
La bonne et pure et inchangeable éternité.

Poème préféré des membres

Aucun membre n'a ajouté ce poème parmi ses favoris.

Commentaires

  1. Livre des Flammes
    ----------

    J'ai rêvé du Livre des Flammes
    Qu'on ne voit que dans les miroirs.
    D'en avoir lu trois mots, mon âme
    Est encore en trouble ce soir.

    Quand à Cluny je vins m'asseoir,
    Au lieu du beau comptoir de marbre,
    Je voyais les branches des arbres
    Sous une lune immense et bleue
    Et des nuages de banlieue.

    Comme serveuse, une baleine
    Qui me jetait un regard froid,
    Ajoutant de la marjolaine
    Dans mon pinard, sans aucun droit.

    C'était la faute de ce livre,
    Qui plus que le pinard enivre.
    De frayeur, mon esprit glacé
    Finit par se pulvériser.
    La baleine alors a chanté,
    Sur l'accompagnement des cuivres,
    Un hymne empli d'insanités.

    Un érudit vint pour tenter
    D'apporter son bref commentaire.
    « Il n'est de plus grande misère
    Qu'avoir lu au livre enchanté ».

Rédiger un commentaire

© 2020 Un Jour Un Poème - Tous droits réservés
UnJourUnPoeme sur Facebook UnJourUnPoeme sur Twitter RSS