Poème 'Silence de l’Évangile' de Paul ÉLUARD dans 'Mourir de ne pas mourir'

Silence de l’Évangile

Paul ÉLUARD
Recueil : "Mourir de ne pas mourir"

Nous dormons avec des anges rouges qui nous montrent le désert sans minuscules et sans les doux réveils désolés. Nous dormons. Une aile nous brise, évasion, nous avons des roues plus vieilles que les plumes envolées, perdues, pour explorer les cimetières de la lenteur, la seule luxure.

* * *

La bouteille que nous entourons des linges de nos blessures ne résiste à aucune envie. Prenons les cœurs, les cerveaux, les muscles de la rage, prenons les fleurs invisibles des blêmes jeunes filles et des enfants noués, prenons la main de la mémoire, fermons les yeux du souvenir, une théorie d’arbres délivrés par les voleurs nous frappe et nous divise, tous les morceaux sont bons. Qui les rassemblera : la terreur, la souffrance ou le dégoût ?

* * *

Dormons, mes frères. Le chapitre inexplicable est devenu incompréhensible. Des géants passent en exhalant des plaintes terribles, des plaintes de géant, des plaintes comme l’aube vent en pousser, l’aube qui ne peut plus se plaindre, depuis le temps, mes frères, depuis le temps.

Poème préféré des membres

VVAL a ajouté ce poème parmi ses favoris.

Commentaires

  1. Rêves entrelacés
    -------------------

    Le prince et le serpent sont l'un pour l'autre un songe,
    Un mirage, une ruse, un piège du désert.
    Tous deux, brûlés de soif au pays sans hiver,
    Tentent de conjurer les ombres qui s'allongent.

    L'enfant croit retrouver sa lointaine planète
    Dans l'instant délirant qui précède la mort ;
    Le serpent veut prouver qu'il est un être fort,
    Un peu désemparé quand la preuve en est faite.

    Ces âmes, fallait-il les laisser ainsi, seules,
    Poison l'une pour l'autre, auprès de ce vieux mur ?
    Je n'ai rien pu prévoir, a dit le lion d'azur ;
    Je n'ai pas su quoi faire, a dit le lion de gueules.

Rédiger un commentaire

Paul ÉLUARD

Portait de Paul ÉLUARD

Paul Éluard, de son vrai nom Eugène Émile Paul Grindel (14 décembre 1895 à Saint-Denis – 18 novembre 1952 à Charenton-le-Pont ), est un poète français. C’est à l’âge de vingt et un ans qu’il choisit le nom de Paul Éluard, hérité de sa grand-mère, Félicie. Il adhère au dadaïsme et est l’un des... [Lire la suite]

© 2017 Un Jour Un Poème - Tous droits réservés
UnJourUnPoeme sur Facebook UnJourUnPoeme sur Twitter RSS
Nos partenaires : Le Mot pour la frime | Poetiz | Permis moto