Poème 'Le Ménétrier' de Émile VERHAEREN dans 'Les Blés Mouvants'

Le Ménétrier

Émile VERHAEREN
Recueil : "Les Blés Mouvants"

Soir de juillet torride et sec.
Serrant le bois sonore au creux de son épaule,
Un joueur de rebec
S’est lentement assis et joue au pied d’un saule.

Il chante pour lui seul et ne voit pas
Qu’en ce déclin du jour se rapprochent des pas
Sous les arbres, au long des routes ;
Et qu’on se glisse derrière les troncs
Et qu’à demi cachés apparaissent des fronts
De jeunes filles qui l’écoutent.

Il sait rythmer en ses chansons
Toute la ronde des saisons,
Mais aujourd’hui, seul lui importe
De célébrer les humbles clos
Avec leur vie et leurs travaux
Et leur repos
Quand, au soir descendant, on verrouille la porte.

Il a chanté d’abord
L’aube aux mains d’or
Qui passe en frissonnant sur la cime des hêtres
Et qui s’en vient, pour réveiller
Les fronts pesants sur l’oreiller,
Frapper chaque matin à la même fenêtre.

Il a chanté encor
Le bûcheron alerte et fort
Qui s’enfonce sous bois pour reprendre sa tâche
Et dont reluit soudain dans les massifs vermeils,
En plein soleil,
La hache.

Il a chanté d’un gosier ferme et plein
La charrue entaillant les glaises violettes,
L’homme aux bras durs qui bêche et qui halète
Et sa femme à genoux qui bine un champ de lin ;

Il a chanté, et maintenant il chante
La sieste de midi sous les branches pesantes ;
L’horizon par les vents doucement secoué ;
Les longs troupeaux en marche à travers route et plaine
Dont les dos inégaux et mouvants sous la laine
Apparaissent au loin comme un champ remué ;
Son rythme vit et fait trembler les vieux villages
Du quadruple galop d’un volant attelage ;
Avec son mince archet mordant son rebec faux,
Il imite le bruit court et sifflant des faux
Ou le cri du grillon sous la fine poussière.
Il chante le beau gars, debout dans la lumière,
Qui s’étanche le front du revers de sa main.
Il indique le geste ondoyant d’un chemin
Qui s’incurve et s’éploie et contourne la haie.
Un bruissement s’entend sous la grande futaie
Et voici qu’à leur tour les bêtes au poil roux
Sortent de l’ombre et se hasardent
Et se glissent et s’approchent et, tout à coup,
Avec des yeux fixes et doux,
L’environnent et le regardent.

Le chant s’est arrêté et l’archet suspendu
Ne semble plus glisser que sur un rai de lune.
Les étoiles, là-haut, scintillent une à une ;
Un tel silence autour des bois s’est répandu
Qu’on croirait qu’il s’étend jusqu’au bout de la terre.

Doucement, lentement, le vieux ménétrier
Se lève et puis s’en va par le prochain sentier
Et puis s’efface et disparaît dans le mystère
Autoritaire.

Poème préféré des membres

Aucun membre n'a ajouté ce poème parmi ses favoris.

Commentaires

Aucun commentaire

Rédiger un commentaire

Émile VERHAEREN

Portait de Émile VERHAEREN

Émile Adolphe Gustave Verhaeren, né à Saint-Amand dans la province d’Anvers, Belgique, le 21 mai 1855 et mort à Rouen le 27 novembre 1916, est un poète belge flamand, d’expression française. Dans ses poèmes influencés par le symbolisme, où il pratique le vers libre, sa conscience sociale lui fait évoquer les grandes villes... [Lire la suite]

© 2017 Un Jour Un Poème - Tous droits réservés
UnJourUnPoeme sur Facebook UnJourUnPoeme sur Twitter RSS
Nos partenaires : Le Mot pour la frime | Poetiz | Permis moto