Poème 'L’Orage' de Émile VERHAEREN dans 'Les Blés Mouvants'

L’Orage

Émile VERHAEREN
Recueil : "Les Blés Mouvants"

Parmi les pommes d’or que frôle un vent léger
Tu m’apparais là-haut, glissant de branche en branche,
Lorsque soudain l’orage accourt en avalanche
Et lacère le front ramu du vieux verger.

Tu fuis craintive et preste et descends de l’échelle
Et t’abrites sous l’appentis dont le mur clair
Devient livide et blanc aux lueurs de l’éclair
Et dont sonne le toit sous la pluie et la grêle.

Mais voici tout le ciel redevenu vermeil.
Alors, dans l’herbe en fleur qui de nouveau t’accueille,
Tu t’avances et tends, pour qu’il rie au soleil,
Le fruit mouillé que tu cueillis, parmi les feuilles.

Poème préféré des membres

Aucun membre n'a ajouté ce poème parmi ses favoris.

Commentaires

  1. Un jour qu'il boit au bar un petit vin léger
    Tout en lisant, tranquille, un livre qui le branche,
    Le maître voit sur lui tomber une avalanche
    De souvenirs, tels les moineaux dans un verger.

    Des couleuvres au bar se font la courte échelle,
    Un inquiétant nuage obscurcit le ciel clair.
    Le petit livre ouvert reflète les éclairs,
    Les tables du troquet résonnent sous la grêle.

    Le pinard fait toujours son sourire vermeil,
    Un vieux buveur survient et le maître l'accueille.
    Les couleuvres ont fui le retour du soleil
    Et se cachent au loin, sous les grands tas de feuilles.

Rédiger un commentaire

Émile VERHAEREN

Portait de Émile VERHAEREN

Émile Adolphe Gustave Verhaeren, né à Saint-Amand dans la province d’Anvers, Belgique, le 21 mai 1855 et mort à Rouen le 27 novembre 1916, est un poète belge flamand, d’expression française. Dans ses poèmes influencés par le symbolisme, où il pratique le vers libre, sa conscience sociale lui fait évoquer les grandes villes... [Lire la suite]

© 2017 Un Jour Un Poème - Tous droits réservés
UnJourUnPoeme sur Facebook UnJourUnPoeme sur Twitter RSS
Nos partenaires : Le Mot pour la frime | Poetiz | Permis moto