Poème 'Pantoum derrière les barreaux' de macaya

Accueil > Les membres > Page de poésie de macaya > Pantoum derrière les barreaux

Pantoum derrière les barreaux

macaya

Il faut qu’une porte soit ouverte ou fermée
La courbe de tes yeux fait le tour de mon coeur
L’oiseau s’en est allé comme les geais moqueurs
M’as-tu percé le coeur de cette flèche ailée ?

La courbe de tes yeux fait le tour de mon coeur
Ah ! Sortir de la cage, les ailes déployées !
M’as-tu percé le coeur de cette flèche ailée ?
Dans le nid qui pépie, je languis et je pleure

Ah ! Sortir de la cage, les ailes déployées !
Les feuilles et les branches gardent-elles leurs fleurs ?
Dans le nid qui pépie, je languis et je pleure
Oyez ma plainte et mon chagrin, vous qui passez !

Les feuilles et les branches gardent-elles leurs fleurs ?
A l’ombre des barreaux, voici mon corps zébré
Oyez ma plainte et mon chagrin, vous qui passez !
Recueillez de mon chant l’écho brisé, la fleur.

Poème préféré des membres

Aucun membre n'a ajouté ce poème parmi ses favoris.

Commentaires

Aucun commentaire

Rédiger un commentaire

© 2019 Un Jour Un Poème - Tous droits réservés
UnJourUnPoeme sur Facebook UnJourUnPoeme sur Twitter RSS