Poème 'Ode à Cassandrillon' de macaya

Accueil > Les membres > Page de poésie de macaya > Ode à Cassandrillon

Ode à Cassandrillon

macaya

Mignonne, laissez voir si la robe
Que ce matin vous aviez déclose
Prétextant les ardeurs du soleil
A point perdu ceste vesprée
Les plis de son beau décolleté
Et son teint au vôtre pareil.

Las ! Voyez comme en peu d’espace,
Mignonne, elle a, dessus la place,
Las, las, vos beautés laissé voir !
O vraiment peu chaste Nature
Puisqu’une belle est déflorée
Dès le matin, pouvons-nous croire !

Donc, si vous me croyez, mignonne,
Tandis que votre âge fleuronne
En sa plus verte nouveauté,
Fermez cette robe en vitesse,
Gardez, gardez votre jeunesse :
Et pour moi seul, votre beauté !

Poème préféré des membres

Aucun membre n'a ajouté ce poème parmi ses favoris.

Commentaires

Aucun commentaire

Rédiger un commentaire

© 2019 Un Jour Un Poème - Tous droits réservés
UnJourUnPoeme sur Facebook UnJourUnPoeme sur Twitter RSS