Poème 'Paresse' de VVAL

Paresse

VVAL

Epuisé par toute une vie,
Lentement, les heures passent,
Plus rien ne le tracasse,
Il ne se fait plus de soucis.
S’occupe de passer le temps.
Admire, inutile l’horizon.
Tout ceci est sans raison,
La paresse à tué son sang.

Poème préféré des membres

Aucun membre n'a ajouté ce poème parmi ses favoris.

Commentaires

Aucun commentaire

Rédiger un commentaire

© 2021 Un Jour Un Poème - Tous droits réservés
UnJourUnPoeme sur Facebook UnJourUnPoeme sur Twitter RSS